Le trouble bipolaire

Le trouble bipolaire est encore très mal connu en France, il est plus connu sous le nom de trouble psycho maniaco-dépressive (PMD). Le mot de bipolarité vient des États-Unis et explique mieux ce que sont les symptômes de ce trouble de l’humeur. Bipolaire veut dire qu’il y a une alternance entre des phases de l’humeur, une double polarité entre des phases d’excitation et des phases de dépression. Cette bipolarité n’est pas à confondre avec une dépression classique.

En général, la bipolarité s’exprime pour la première fois dans l’adolescence mais elle est souvent confondue avec les crises, les troubles que peuvent ressentir les jeunes adolescents à cette période. Les parents peuvent facilement passer à côté de ces troubles de l’humeur qui se caractérisent par une forme d’énergie débordante, de surexcitation et des phases dépressives de l’humeur.

Ce que l’on appelle les épisodes maniaques sont les moments où la personne, après un épisode stable d’une longueur variable, s’exprime beaucoup, dort peu, a un sentiment de toute-puissance. Ces épisodes peuvent même conduire à des comportements excessifs voire addictifs (alcool, drogue, sexe etc.). Les personnes souffrant de ses symptômes développent des passions soudaines et excessives. Lors du « pôle » inverse, c’est-à-dire des épisodes dépressifs, les personnes manquent anormalement d’énergie, développent une certaine mélancolie, tristesse, avec à l’inverse du « pôle » maniaque, une perte d’intérêt pour toutes activités.

En l’état actuel des connaissances, nous savons qu’il s’agit là d’une maladie psychiatrique qui apparaît dans des familles où il existe déjà des personnes souffrant de bipolarité. Les symptômes se manifestent à l’adolescence et se concrétisent par des crises de plus en plus fortes chez à l’approche de l’âge adulte. Les personnes ayant des bipolaires dans leur famille peuvent considérer a priori qu’ils ne seront pas touchés s’ils ont dépassés une trentaine d’années. Si la personne souffrant de bipolarité n’est pas prise en charge, au fur et à mesure de son âge, les périodes durant lesquelles l’humeur est stable vont devenir de plus en plus courtes, laissant place à des troubles bipolaires de plus en plus rapprochés. Il faut savoir que les personnes souffrantes peuvent, dans certains cas, devenir dangereuses pour elle-même et pour leur entourage (suicide, agressions physiques envers elle-même ou en vers d’autres, conduite affective très dangereuse etc.), elles souffrent parce qu’elles s’isolent de leur entourage, le travail devient difficile a assumé etc.

La prise en charge des patients souffrants est médicamenteuse, elle se fait sous le contrôle d’un psychiatre qui connaît bien cette maladie et peut ainsi délivrer ce que l’on appelle des  « régulateurs d’humeur » qui permettent aux patients de mieux gérer ces états bipolaires. Il est préconisé de réguler le sommeil, l’activité physique, de réduire des conduites addictives et de prévenir l’entourage afin de veiller à ce qu’il n’y ait pas de rechute. Il est important de souligner que la seule prise en charge médicamenteuse des patients n’est pas suffisante, il est souvent préconisé une prise en charge thérapeutique de la personne elle-même et de l’entourage, puisque cette maladie génère beaucoup de souffrances et d’incompréhensions de part et d’autre.

Facebook