Pervers narcissiques : ils sont toxiques. Quelques pistes pour les repérer et les fuir

Paru dans L'Obs

Si les pervers narcissiques ne représentent en soi qu’une petite partie de la population, il devient "dangereux" de les croiser, de les fréquenter puis de les aimer, car, comme une toile d’araignée qui se tisse à votre insu, vous tomberez assurément dedans.

 

Avez-vous déjà vu des magiciens sortir des lapins d’un chapeau ? Oui, il y a peut-être un truc, mais à l’évidence, le lapin sort du chapeau. Le pervers narcissique a aussi son truc, et ce "truc", généralement c’est vous ! Il relève d’une forme de toxicité déconcertante.

 

Le danger,  c’est leur aspect dit "normal"

 

Au fil du temps, les noms utilisés pour dénommer, pour dénoncer cette catégorie d’individus ont évolué, ils tombent même à présent dans le "domaine public" des bâtisseurs de souffrances. Vous en connaissez, vous en croisez. "Lui là-bas à côté de la photocopieuse, oui, celui qui a l’air si timide, si fragile, incroyable, je pensais qu’il avait un style bien particulier. Elle aussi jolie et douce, celle qui est surnommée la femme enfant !"

 

Le danger, justement, c’est leur aspect dit "normal". Ils peuvent être un collègue, une amie, un parent, à première vue ils sont agréables, prévenants, avenants, ils ne lésinent pas sur les chocolats et les roses. Elles ne comptent plus leur temps pour être aux petits soins avec lui.  Ce n’est que plus tard, à leur contact, que des sensations bizarres, étranges apparaissent, que la rose se fane et que le chocolat commence à avoir un goût amer.

 

Leurs proies commencent à ressentir un grand vertige, elles sont prises d’un sentiment de culpabilité, et se considèrent fautive de tout. Ce n’est qu’à ce stade où l’on perçoit leur narcissisme pathologique.

 

Un pervers narcissique a toujours plusieurs proies 

 

Souvent, ces hommes ou ces femmes sont décrits comme des manipulateurs, mais tout est dans le degré et la nuance, dans le but recherché par celui ou celle qui veut arriver à ses fins.

 

Certains le pratique en amateur, malheureusement d’autres sont des professionnels. Ils peuvent et ils savent donner l’impression à celles et ceux auxquels ils s’adressent, qu’ils sont ce qu’il y a de plus beau au monde, puis qu’ils deviennent ce qu’il y a de plus laid.

 

Combien de femmes m’ont dit en consultation : "Regardez ce que je suis devenue, je suis laide et affreuse, il me l’a dit et il a raison !". Étrangement, j’ai reçu plus de femmes évoquant des pervers narcissiques que d’hommes, même si les cas existent.

 

À l’image d’une secte ou d’un gourou, leurs paroles deviennent paroles d’évangile ; les pervers narcissiques justifient leur existence en broyant leurs victimes, cela leur permet de prendre un ascendant terrifiant. Telle une bactérie, ils ou elles jouissent à contaminer leur entourage, vous devenez le billet gagnant d’une loterie diabolique.

 

Un pervers narcissique a toujours plusieurs proies et court plusieurs lièvres à la fois, en prétextant aller voir un parent souffrant qu’il semble être le seul à soulager, un ami en détresse qui se suiciderait sans lui… Il a toujours le beau rôle. Sans doute aurait-il eu le premier prix du conservatoire, tant il fait un acteur crédible.

 

Un sentiment d’insécurité

 

Valérie, 46 ans, a vécu longtemps avec un grand manipulateur, elle me raconte en séance ses pics, ses petits mots assassins, ce regard glacial rempli de mépris, des temps de silence insoutenable mettant Valérie très mal à l’aise.

 

Elle est obligée de s’accrocher au fauteuil tant l’angoisse est forte, je l’invite à inspirer doucement par le nez et souffler très calmement afin qu’elle ne soit pas hypo ou hyper ventilée ce qui serait vecteur d’une attaque de panique. Je suis obligé de montrer à Valérie comment éviter une telle crise, nous alternons donc psychanalyse et thérapie comportementale et cognitive (TCC).

 

Chaque matin, elle se souvient, se sentir de plus en plus un "rien du tout" comme elle me l’a évoqué ; elle me raconte avoir subi les "pires humiliations" : "Il me disait, je t’aide pour que tu ailles mieux, c’est pour toi, pour ton bonheur uniquement".

 

Nicolas, lui, se souvient de ses copains qui lui demandaient s’il n’avait pas une sœur tant elle avait l’air d’être parfaite, il préférait garder le "secret de la honte" comme il le nommait.

 

À l’image de personnalités bipolaires, ce qu’ils montrent à l’extérieur ou en groupe est l’antipode de ce qu’ils sont dans l’intimité. Cette mutation peut s’opérer en un rien de temps, ce qui donne un sentiment d’insécurité total. Quand vous leur donnez tort, une tristesse, tout comme une crise de fureur peuvent émaner d’eux.

 

Une entreprise de démolition 

 

À nouveau charmeur, drôle, spirituel et cultivé, vous vous apercevez que ce qui va mieux un jour vous est facturé au centuple le lendemain.

 

Vous avez des doutes, pervers narcissiques ou pas, faites comme un moteur de recherche, cherchez si votre nouvelle amie peut avoir certaines caractéristiques comme : la critique facile, l’art de la culpabilisation, la facilité à remettre sur l’autre ses propres erreurs, ses changements de points de vue, ses mensonges et sa jalousie.

 

Quand vous ressentez un sentiment désagréable de perte de liberté, c’est que son entreprise de démolition fonctionne parfaitement ; lorsqu’à son contact, vous vous sentez comme une petite fille ou un petit garçon craignant un adulte, c’est qu’un cran de plus est atteint.

 

Ils savent qu’un appel de leur part va semer la confusion chez vous durant plusieurs jours où ils batifoleront avec une ou un autre à qui ils feront la même chose et ainsi de suite.

 

Se rendre indispensable

 

Pamela se souvient avoir rencontré "l’homme de sa vie". Il avait les mêmes goûts qu’elle, il approuvait tout ce qu’elle faisait, allant jusqu’à un certain mimétisme les premiers temps. "Il se montrait un amant efficace", nous raconte Pamela, il faisait cela avec "une sensualité intarissable".

 

Pamela me pose énormément de questions et si, et si… que serait-il arrivé ? Nous entamons un exercice consistant à ne pas laisser un scénario inachevé, une fois que nous avons effectué ce travail Pamela semble avoir moins de regrets.

 

Il ne s’agit malheureusement que d’une technique pour agripper, puis comprendre le rêve de sa conquête, le plus important pour elle, puis il donnera l’impression qu’il est la seule personne sur cette terre à pouvoir lui faire atteindre cela, ce "nirvana". Cette trouvaille lui permettra de se rendre indispensable et de tirer les ficelles de sa victime, qui sera réduite au stade de marionnette.

 

Le pervers narcissique n’a pas d’affect

 

La victime, petit à petit, va se renfermer sur elle-même, apeurée par des représailles qu’elle pourra imaginer sous toutes les formes, morales comme psychiques. Il faudra désormais tout faire pour le ou la contenter lui et uniquement lui, quitte à dormir par terre pour qu’il ait encore plus de place dans le grand lit froid.

 

Le pervers narcissique n’a au fond pas d’affect. À l’image d’un acteur de cinéma, il y a un texte, un plan de travail, un début et une fin et surtout des attentes.

 

Même s’ils sont adultes, ils ont six ans dans leur tête, ils sont au sommet de leur immaturité. Ils nuisent aux stades les plus importants ; c’est pourquoi il ne faut rien en attendre, les fuir au plus vite et ne pas se laisser contaminer car la guérison est longue et douloureuse.

 

Cependant, à celles et ceux qui veulent se soigner, se désintoxiquer, des professionnels connaissant parfaitement bien ce sujet, ils sont là pour vous accompagner, vous aider, vous soigner de ces personnalités hautement toxiques.



Rodolphe Oppenheimer

Psychanalyste
Membre associé de l’Institut National de Psychanalyse
Adolescents et Adultes

8 Place des Martyrs
92110 Clichy

Tel: 07 52 03 82 01

Video Skype

Chat Skype

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Facebook