Répercussions de l’anxiété

La problématique sartrienne du regard de l’autre a été longuement développée par le philosophe de l’existentialisme. Ce questionnement vis-à-vis du regard de l’autre et de son impact sur nous-mêmes et de la façon dont nous le considérions est également développé en psychanalyse et notamment dans les problèmes liés aux troubles de l’anxiété.

 

Nous sommes tous confrontés quotidiennement à certaines anxiétés liées au jugement qu’autrui peut porter sur nous, mais l’anxiété pathologique peut également devenir une anxiété sociale liée à une mauvaise évaluation du jugement d’autrui.

 

Les impressions ne sont pas toujours en lien avec une réalité objective, elles restent des impressions, mais elles sont envahissantes pour celui ou celle qui en est victime.

L’impression engendrée, loin d’une réalité objective, suscite chez le patient en souffrance, un sentiment de regard négatif, très critique, projeté sur lui-même.

 

Cette mauvaise évaluation du jugement d’autrui, du regard porté, amène le patient à développer des inhibitions comportementales et communicationnelles, une timidité excessive, une dépréciation de sa propre valeur, une autocritique très sévère vis-à-vis de lui-même.

 

Cette anxiété particulière liée au regard de l’autre est appelée généralement phobie sociale.

Publiée dans le huffington post



Rodolphe Oppenheimer

Psychanalyste
Membre associé de l’Institut National de Psychanalyse
Adolescents et Adultes

8 Place des Martyrs
92110 Clichy

Tel: 07 52 03 82 01

Video Skype

Chat Skype

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Facebook