L’agoraphobie

Au sein des troubles phobiques, il existe également l’agoraphobie.

Ce trouble tiré du nom de l’Agora, place mythique chez les Grecs, lieu vaste, ouvert, accueillant une foule de badauds, tout à la fois marché et lieu de conversations, est bien évidemment lié à la difficulté qu’éprouve le patient à s’échapper, à se sentir sécurisé à l’endroit où il se trouve. La peur de la promiscuité, l’afflux d’un trop grand nombre de personnes dans un même lieu peuvent également être la source d’une agoraphobie.

Globalement, l’agoraphobie ne touche pas un lieu particulier, elle peut se déclencher n’importe où, pourvu que ce lieu soit ouvert.

Les grands espaces sont le plus souvent à l’origine de l’agoraphobie. Cette peur liée à l’insécurité de l’endroit est plus souvent remarquable chez les femmes que chez les hommes et se manifeste adolescent ou à l’âge adulte.

Ces situations handicapantes liées à l’agoraphobie, à la fréquentation des espaces publics où se côtoie un grand nombre de personnes (centres commerciaux, lieux touristiques, transports en commun etc.) peuvent induire d’autres symptômes en relation avec d’autres phobies (peur d’avoir peur, ruminations…)

Ainsi le patient sera atteint tour à tour d’agoraphobie, de claustrophobie, de vertige et sera incapable d’aller à son travail, de créer du lien social, de quitter son domicile, d’avoir une socialisation normale.

Les phobies souvent liées entre elles, multiplient donc les peurs irrationnelles et ainsi les souffrances. Le travail du psychanalyste sera d’établir l’origine, c’est-à-dire les causes, qui génèrent ces différentes situations phobogènes afin de les rendre compréhensibles, d’en réduire les effets, de les atténuer, de les faire disparaître.



Rodolphe Oppenheimer

Psychanalyste
Membre associé de l’Institut National de Psychanalyse
Adolescents et Adultes

8 Place des Martyrs
92110 Clichy

Tel: 07 52 03 82 01

Video Skype

Chat Skype

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Facebook