Réalité virtuelle et phobies

Home - Psychologie - Réalité virtuelle et phobies

L’emploi de la réalité virtuelle fonctionne dans la thérapeutique visant à guérir les phobies comme l’amaxophobie, l’agoraphobie, la claustrophobie, l’hématophobie, l’aviophobie. La réalité virtuelle soigne également l’anxiété et les peurs. La démarche fonctionne sur le sevrage tabagique, l’alcoolisme ou les troubles du comportement alimentaire également. La claustrophobie comme l’anxiété chronique, le stress post-traumatique ou la dépression peuvent être traitées par la thérapie cognitivo-comportementale.

La partie comportementale nous a été décrite par le spécialiste Rodolphe Oppenheimer, pionnier des expositions par la réalité virtuelle (TERV) auteur de l’ouvrage « se libérer des troubles anxieux par la réalité virtuelle » Edition Eyrolles (Malbos, Lançon). Ses investigations ont permis la sortie de cet ouvrage de référence !

Pourvu d’un casque de réalité virtuelle, il nous plonge dans un univers capitonné. Nous, patients, sommes plongés dans la pire de nos craintes, là où ne souhaitions jamais nous rendre, au bord d’un précipice ». Nous évaluons la portée de la réalité virtuelle sur notre psychisme avec l’idée de guérir notre acrophobie, la peur des hauteurs, et nous réalisons qu’une grande partie de nos craintes était bien présente avant que nous soyons confrontés aux hauteurs. La veille, accoudés sur une terrasse, nous sentions l’angoisse monter, rien qu’à la simple idée de ce rendez-vous qui, par définition, allait nous conduire à notre peur du vide. La peur d’avoir peur pourrait être encore plus angoissante que la peur elle-même. Ce raisonnement nous renvoie à l’idée que nous sommes phobiques de nos pensées plus que de notre vertige, nos pensées seraient à elles seules un vertige ? Guérir de son acrophobie peut demander un peu de temps, mais offre un confort de vie sans phobie, sans conduite d’évitement ce qui n’est pas un luxe. Nous avions déjà lu l’ouvrage du Psychanalyste Rodolphe Oppenheimer « Peurs, angoisses, phobies par ici la sortie » paru aux Editions Marie B et nous avions décryptés un certain nombre de thèmes comme les phobies (peur de conduire, peur de prendre l’avion, peur des araignées, peur d’avoir peur), nous avionsparlé également les addictions etc.… Enfin, nous avons pu rencontrer l’auteur et ses techniques pour nous guérir par la réalité virtuelle de ce vertige, de cette crainte des hauteurs qui nous touchait. Grâce à internet, nous avions formé un petit groupe d’acrophobes, mais aussi d’agoraphobes (peur des grands espaces, peurs de s’éloigner de chez soi, u de nous faisait des attaques de panique à l’idée de prendre le métro ou de prendre l’ascenseur, une claustrophobie bien tenace). Rodolphe Oppenheimer nous présente un ouvrage dans lequel il évoque la psychanalyse qu’il utilise à maintes reprises lorsqu’il considère que celle-ci est une indication, peur de la mort, peur de l’avenir. Il existe, comme le dit ce psychanalyste de renom, tant de questionnements encore sans réponse qu’il faut continuer inlassablement à libérer la parole par la psychanalyse, psychanalyse à laquelle il tient énormément tant elle aide à évoluer, à comprendre et à se libérer des plus anciens cauchemars, des traumatismes les plus anciens.

Share: