La peur du sang : causes, conséquences et traitements

La peur du sang : causes, conséquences et traitements

D’après l’Organisation mondiale de la Santé, l’hématophobie, ou peur du sang, est classée troisième parmi les phobies les plus populaires. Toutefois, elle est peu étudiée, ce qui implique un manque de compréhension chez le public et un avancement lent en ce qui concerne les techniques de traitement.

Nous expliquerons dans cet article le fonctionnement de l’hématophobie, ses symptômes, causes, conséquences et nous présenterons les traitements qui existent.

 Qu’est-ce que la peur du sang ?

L’hématophobie, ou peur du sang, est une phobie très répandue, de caractère irrationnel ou excessif, déclenchée par la vue du sang ou encore l’anticipation à l’idée de voir du sang. La vue du sang n’est donc pas le seul élément déclencheur de la phobie. Ainsi, plusieurs comportements anxieux sont associés à l’hématophobie :

  • La peur de se blesser (et donc de voir du sang), des accidents et des maladies
  • La peur des objets tranchants : couteaux, aiguilles (bélonéphobie)
  • La peur des hôpitaux, des perfusions et des injections

C’est pourquoi la peur du sang est définie comme phobie du sang-injection-accident (PSIA). En effet, la personne qui en souffre tend à éviter toute situation pouvant mener à la vue du sang. Évidemment, la phobie du sang peut se manifester à divers degrés chez les patients. Cela peut inclure la présence ou non des comportements pré-cités, ce qui implique des différences au niveau de l’approche de traitement.

Quels symptômes et conséquences à la peur du sang ?

Les réactions d’un individu étant hématophobe se distinguent des autres phobies. En effet, elles se déroulent en deux phases.

La première phase, celle qui suit immédiatement la vue du sang ou la présence d’un élément déclencheur, est similaire à la réaction engendrée par les autres types de phobies. Elle se caractérise par une augmentation de la tension artérielle, du rythme cardiaque (tachycardie) et de la respiration. C’est ce qui arrive quand le système sympathique est activé.

La deuxième phase est singulière à la phobie du sang. Elle se manifeste par un ralentissement de la tension artérielle, du rythme cardiaque et une faiblesse musculaire. Ce sont les premiers symptômes du malaise vagal, suivis d’une perte de connaissance complète et brève, appelée syncope. D’ailleurs, l’hématophobie est la seule phobie présentant un risque régulier de syncope.

Quelles sont les causes de l’hématophobie ?

La cause initiale de la phobie du sang est difficile à déterminer. Elle peut être liée à un évènement traumatisant, ou bien des causes pré-existantes qui sont révélées par l’évènement traumatisant. En psychologie, la peur du sang peut être en lien avec la peur de la mort. Le sang est la matière vitale du corps, sa perte peut entraîner une perte de vitalité et donc la mort. Elle est également reliée à l’hypersensibilité du système nerveux qui pourrait être un facteur de risque favorisant l’hématophobie.

Comment traiter la peur du sang ?

Différentes méthodes sont utilisées pour le traitement de l’hématophobie ou phobie du sang. La psychanalyse et les thérapies comportementales et cognitives (TCC) sont les plus communes et les plus efficaces.

Thérapies comportementales et cognitives

Les thérapies comportementales et cognitives sont utilisées pour le traitement de différents troubles anxieux, dont la phobie du sang. Elle se base sur le traitement des symptômes de l’hématophobie afin d’apprendre au patient à les gérer. Il existe plusieurs techniques dans ce domaine : exposition seule, relaxation ou tension durant l’exposition, tension seule, exposition à l’émotion de dégoût. Il s’agira donc d’exposer progressivement le patient au sang par images ou vidéos, à son rythme, pendant une certaine période.

Le traitement peut se baser sur une seule technique ou bien combiner plusieurs méthodes sur un certain nombre de séances.

Psychanalyse

La psychanalyse est également utilisée dans le traitement des troubles anxieux et notamment des phobies. Elle ne se focalise pas sur la gestion des symptômes, mais sur l’élaboration autour des causes possibles de la phobie. Le but de la psychanalyse est d’identifier les causes initiales de l’hématophobie pour pouvoir les traiter. La psychanalyse peut aisément être complétée par une thérapie cognitivo-comportementale de sorte à traiter, dans l’immédiat, les symptômes liés à la peur du sang.

L’hypnose

L’hypnose permet d’amener le patient à contrôler les symptômes lors d’une situation de malaise et de l’aider à rompre le lien qu’il fait entre le sang et l’angoisse.

La technique de la gestion émotionnelle (EFT)

C’est une méthode contemporaine qui combine la psychothérapie à l’acupression (pression avec les doigts). L’acupression permet, en effet, de stimuler le système nerveux. Combinée à la psychothérapie, elle permettrait de désensibiliser le patient et de dissocier le souvenir traumatique du malaise ressenti.

La peur du sang peut donc avoir des conséquences paralysantes au niveau individuel et social. Néanmoins, il s’agit d’une phobie qui peut être traitée. Les thérapies comportementales et cognitives combinées à la psychanalyse sont particulièrement recommandées.

Laisser un commentaire