Achluophobie

Home - Non classé - Achluophobie

Durant l’enfance, nous ressentons une certaine anxiété dès qu’on reste seule dans le noir. On essaie toujours de rester dans la lumière à cause de la peur qu’une bête se cache derrière l’armoire ou sous le lit. Mais pour certaines personnes, cette peur persiste même en grandissant.

Pourquoi avons-nous peur du noir ?

L’obscurité déclenche chez beaucoup d’entre nous un sentiment de danger. C’est cette sensation qui nous oblige à nous retourner sans cesse dans la rue comme si quelqu’un tapis dans l’obscurité nous guettait à chaque pas. Dans la plupart des cas c’est notre subconscient qui déclenche chez nous cette sensation de peur irrationnelle. Notre subconscient tente de nous protéger lorsque nous sommes dans certaines situations et il se manifeste en créant la sensation de danger, bien que dans certains cas cela apparaisse au mauvais moment et au mauvais endroit. Lorsque la peur du noir devient insoutenable, c’est là qu’on peut parler d’achluophobie.

Mais quelle est l’origine de l’achluophobie ?

Comme indiqué précédemment, c’est une peur irrationnelle de l’obscurité. Elle est surtout due à un traumatisme associé à un évènement passé. Par exemple, si une personne a été attaquée dans la rue pendant la nuit, cette situation peut créer chez lui une achluophobie. Chaque fois que son subconscient sens que la situation est en train de se reproduire, il déclenche un sentiment d’anxiété extrême chez l’individu atteint de l’achluophobie.

En outre, la nuit a toujours été associé aux ténèbres donc à la présence d’êtres maléfiques (sorciers, fantômes, vampires, loup-garou, …). La religion et les croyances sont donc également des facteurs importants qui peuvent influencer une personne. Il y a également l’influence des médias à travers les documentaires (chasse aux fantômes, aux aliens) qui viennent alimenter l’imagination des gens. Il faut noter que le niveau de réceptivité de chaque individu à des influences extérieures est différent. Plus l’individu croit en ces choses plus son subconscient réplique de plus en plus fort lorsque la situation de danger apparaît. Le monde devient donc un danger permanent pour ceux atteint de l’achluophobie.

L’incertitude que créée l’obscurité fait naître chez certaines personnes une sensation de perte de contrôle. Cela atteint notamment les personnes qui aiment bien tout contrôler. En effet, la nuit efface tous nos repères et change considérablement notre vision du monde donc on ne se sent plus en sécurité. Par exemple, dans certains pays d’Afrique australe, c’est durant la nuit que les hordes de bandits attaquent les villages pillant tout sur leur passage et terrorisant ainsi les villageois. L’achluophobie peut naître chez certains d’entre ces villageois et à la tombée de la nuit la peur de l’insécurité et des bandits les tétanise à tels point que la nuit devient à chaque fois un enfer pour eux physiquement et surtout psychologiquement.

Comment est-ce que l’achluophobie se manifeste ?

Quelques signes peuvent nous montrer qu’une personne est atteinte de l’achluophobie :

  • L’apparition de palpitations et de pensées négatives à la tombée de la nuit.
  • La peur d’être face à face avec quelque chose qui pourrait lui nuire dans l’obscurité (bandits, tueur en série).
  • La peur de se retrouver nez à nez avec un être surnaturel (fantôme, monstre, sorcier)
  • L’apparition d’un caractère irrationnel et excessif chez un adulte lorsque la nuit tombe.
  • L’utilisation de manières d’évitement telles que la lumière d’une lampe de chevet, le TV allumé jusqu’au petit matin, …

Comment arrêté d’avoir peur de la nuit ?

Si un achluophobe veut sortir avec ses copains lors d’une soirée, il doit passer par plusieurs séances de thérapie sinon il risque de se ridiculiser dès qu’il pointera le bout de son nez en dehors de sa maison. La plus conseillée est la TCC (Thérapie cognitivo – comportementale) qui aidera le patient à rationaliser les éléments qui causent ses troubles anxieux. Dans un premier temps, il devra apprendre à contrôler progressivement ses émotions. Par la suite, il apprendra à diviser ses peurs en plusieurs niveaux qu’il franchira étape par étape. A la fin de la dernière étape, le patient aura surmonté sa peur de la noirceur. Le travail ne peut se faire en une seule journée car la TCC consiste à changer progressivement la perception de l’obscurité et des idées reçues sur le sujet par l’achluophobe. Ebranler une croyance profonde d’un individu est difficile mais pas impossible notamment lorsqu’il s’agit d’une chose qui handicape celle-ci dans sa vie quotidienne.

Ce qu’il faut noter c’est qu’il faut traiter la cause première de la peur sinon elle reviendra à chaque fois et pourra se manifester sous différentes formes.  Il faut aussi faire attention aux différents signes qu’on pourrait apercevoir chez nos proches afin de déceler dès le début les prémices de l’achluophobie.

Share: