You are currently viewing Algophobie

Algophobie

Tout le monde a peur d’être blessé en faisant certaines tâches ardues ou, pour les enfants, en jouant dans la cour de récréation. Cependant, chez certaines personnes, la peur de la douleur est si puissante et persistante qu’elle les paralyse complètement. Ces personnes sont atteintes de ce qu’on appelle l’algophobie. Mais quels sont les causes de ce trouble, et quels sont moyens pour les traiter ?

Quelles sont les origines de l’algophobie ?

Le mot algophobie vient du grec « Algos », signifiant « douleur », et « phobos » qui signifie « peur » ; comme toute réaction phobique, elle est due à l’environnement du malade ainsi qu’à des facteurs déclencheurs de la phobie qui varient en fonction des individus.

Cette phobie touche plus particulièrement les personnes âgées. En effet, une personne ayant entendu un de ses amis parler des différentes maladies qui l’affectent et des douleurs qu’elles engendrent pourra présenter une algophobie. Ce trouble fait anticiper les problèmes que l’on peut rencontrer dans un futur proche, en particulier si la personne a récemment été diagnostiquée comme étant atteinte d’une maladie. Par ailleurs, d’autres facteurs combinés peuvent s’associer à ce facteur environnemental, comme l’hérédité et l’expérience de la vie.

Comment savoir si l’on est algophobe ?

De même que pour les autres phobies, les symptômes varient selon la personne et sa peur ; l’anxiété extrême, la panique, l’essoufflement, la respiration rapide, une transpiration excessive ou même des nausées peuvent être présents. La personne atteinte d’algophobie n’arrive plus à articuler des mots ou des phrases lorsque sa peur se déclenche.

Par exemple, si une personne algophobe est amenée à faire des travaux dans sa maison car son toit a besoin d’être consolidé, plusieurs choses peuvent lui venir à l’esprit. En effet, elle peut être anxieuse à l’idée même de grimper sur l’échelle, non pas parce qu’elle a le vertige, mais parce que son cousin Tom a fait une chute du haut de son toit en montant sur une échelle, et il se tord actuellement de douleur à l’hôpital. La personne atteinte craint ainsi de souffrir des mêmes douleurs si elle tombe de l’échelle. Elle tentera donc, par tous les moyens, de ne pas faire ces travaux ou de les faire faire par quelqu’un d’autre. L’idée même d’utiliser un marteau et un clou pourrait l’effrayer car il est possible de se taper le doigt en enfonçant un clou.

Quels sont les moyens pour soigner l’algophobie ?

Plusieurs moyens sont utilisés pour soigner les phobies, dont l’hypnothérapie, la psychothérapie et la programmation neurolinguistique. La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) peut également améliorer progressivement l’état d’esprit du malade et le guérir peu à peu.

En effet, les médicaments peuvent atténuer le mal ressenti par l’algophobe mais cela ne le soigne pas de sa phobie. Il ne faut pas non plus oublier les effets secondaires, car ils peuvent nuire encore plus à la santé du malade. La TCC permet au médecin traitant de parler avec le patient pour connaître les origines profondes de sa peur. Lorsqu’il prendra connaissance des antécédents du malade, il pourra commencer à lui faire admettre progressivement que ce qu’il craint, ne produit pas forcément une douleur insupportable. Le médecin lui montrera également qu’il existe des douleurs très simples à atténuer, comme après une piqûre, d’aiguille ou d’insectes, même si ces dernières sont plus difficiles à guérir. Il doit comprendre que dans leur grande majorité, tous les types de douleurs ont un remède pour les soulager, et les médecins sont présents pour guérir chaque type de maladie. Ensuite, le médecin essaiera de transformer ses idées négatives en idées positives. L’exposition progressive à la douleur pourra, par la suite, être entreprise pour que la peur de la personne disparaisse petit à petit.

La peur est parfois handicapante et dans le cas de l’algophobie, elle tétanise la personne qui en souffre dans une situation totalement inattendue. Elle se répercutera ainsi sur sa vie privée, sociale et professionnelle. La seule issue est d’aller voir un médecin pour le traitement du mal à sa racine. Chacun a peur de la douleur mais il faut apprendre à y faire face progressivement. La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est à ce jour la meilleure solution pour soigner les troubles phobiques.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire