Quelles sont les causes des troubles phobiques ?

Quelles sont les causes des troubles phobiques ?

Touchant davantage les femmes que les hommes, les troubles phobiques sont une souffrance que vivent environ 5 à 25 % de la population globale. Plus qu’une peur, elle est décrite comme un trouble psychologique, et plus généralement comme un trouble anxieux.

Qu’est-ce que la phobie ?

La phobie est une peur irrationnelle et excessive d’une situation précise ou d’un objet. Proche de la peur, elle n’est pourtant pas catégorisée comme une crainte dite “normale” dans le sens où le danger n’existe pas et n’est pas immédiat d’où son autre appellation : « peur irrationnelle ». La phobie est donc distincte d’une peur rationnelle qui, lors d’un danger imminent, amène une réaction normale face à la prise de conscience d’une menace existante et réelle. La phobie se caractérise aussi par une réaction abusive et démesurée de l’individu face à sa peur en entraînant une angoisse intense et incontrôlable.

Les phobies sont divisées en trois catégories. Les plus répandues sont les phobies de situation telles que les phobies sociales. Nous retrouvons également l’agoraphobie qui correspond à la peur de la foule. Enfin, les phobies spécifiques, elles, comprennent entre autres les phobies animales et les phobies environnementales comme la peur d’un orage ou d’un cloisonnement (ou claustrophobie). Sur leurs origines, il existe des phobies créée par l’entourage social, par exemple, le fait de répéter à un enfant que la mer peut l’emporter terrorisera celui-ci face à la mer.

Quelle est l’origine d’une phobie ?

Bien que l’origine de ce trouble soit encore mal connue, celui-ci provient le plus souvent d’un évènement traumatisant. Elle est donc le plus souvent d’origine psychologique. La personne adoptera et renforcera ce comportement de protection à chaque peur. Elle peut apparaître dès la petite enfance vers 5 ans, à l’adolescence, à l’âge adulte, ou même durant la vieillesse. Un simple objet ou une situation appelée « élément provocateur ou phobogène », ayant créé une première peur peut se transformer en une phobie. La répétition d’une peur est un facteur primordial à la création d’un trouble phobique. Certaines études soulignent aussi une cause physiologique, c’est-à-dire organique et/ou génétique. Elle peut toutefois diminuer ou s’effacer totalement au cours des années en optant pour une thérapie.

Conséquence des troubles phobiques

Cette peur excessive entraîne des réactions tout aussi excessives, elle peut avoir des conséquences physiques mais également psychologiques. Ainsi des crises d’étouffements, de vomissements, et même d’évanouissement peuvent survenir lors d’un épisode phobique. Psychologiquement, elle peut avoir un impact majeur sur la vie sociale d’un individu :  isolement, dépression et va même entraîner d’autres troubles. Le traitement et le suivi d’une personne atteinte d’une phobie aiguë sont donc plus que recommandés.

Traitement de la phobie

Plusieurs approches peuvent traiter les troubles de la phobie selon le type. Un psychothérapeute, ou un psychanalyste peut identifier et évaluer le degré de la pathologie et en déduire un traitement. En général, les thérapies les plus utilisées sont les thérapies cognitivo-comportementales et la psychanalyse. L’objet de la peur étant psychologique, le patient est généralement confronté à sa phobie afin de recadrer cette perception faussée. De simples exercices de relaxation et de respiration répétés sont indiqués, l’hypnose est aussi aujourd’hui pratiquée sur des cas de phobies. Un travail sur sa personne est donc le moyen traditionnel le plus efficace pour guérir une phobie.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire