You are currently viewing Dentophobie : La peur du dentiste

Dentophobie : La peur du dentiste

Lorsque la “peur du dentiste” devient une phobie, la personne atteinte évitera d’aller chez son thérapeute même si des douleurs dentaires apparaissent. La personne dentophobe effectivement sera prête à endurer des souffrances souvent intenses pour éviter d’être confrontée à l’objet de sa phobie, c’est-à-dire les soins dentaires. Pourtant, lorsque la douleur est insoutenable, le traitement redouble d’urgence et parce qu’il est prodigué en retard, devient souvent plus important.

Quels sont les symptômes de la dentophobie 

Plusieurs symptômes physiques permettent de détecter la phobie. Ils apparaissent notamment la veille du rendez-vous chez le dentiste. On peut citer par exemple :

  • l’insomnie durant la nuit qui précède le traitement
  • la tachycardie
  • la sécheresse buccale
  • l’augmentation de la tension artérielle (hypertonie)
  • les tremblements
  • une sensation d’étouffement

Quelles sont les causes possibles de la dentophobie 

La dentophobie est plus fréquente chez les femmes.  Elle est favorisée par plusieurs facteurs, dont une prédisposition à l’anxiété ainsi que des antécédents en matière de maladies psychiques. La consommation d’alcool ou de drogue peut également être un facteur favorisant cette phobie.

La dentophobie a très souvent une origine ancienne qui remonte à l’enfance. Le patient a certainement subi un traumatisme en lien avec des traitements dentaires. Cependant, la phobie peut se déclencher aussi lorsque la personne écoute les récits de douleurs de son entourage.

La dentophobie est souvent en relation directe avec la peur de la douleur, par exemple, lorsque le dentiste anesthésie la dent de son patient. Aujourd’hui, l’anesthésie peut être réalisée en appliquant une pommade qui engourdit les nerfs et facilite l’extraction de la dent. Cette méthode remplace les seringues. En revanche, pour certains, la peur de la seringue reste ancrée dans l’inconscient et favorise également le développement d’une phobie.

Les patients atteints de dentophobie ont parfois peur de perdre le contrôle de leur corps. On pourrait considérer, d’un point de vue psychologique, que notre cavité buccale est une partie intime de notre corps, à laquelle personne, à part nous-même, ne devrait avoir accès.

Très souvent, le bruit de la roulette provoque une peur panique chez le patient. Ce bruit strident à haute fréquence produit par la foreuse à air comprimé tourne à très haute vitesse pour réaliser l’opération, et peut ainsi être une source de crainte pour un grand nombre de personnes, notamment les enfants. Chez les personnes dentophobiques, cela crée une panique extrême associée aux autres symptômes de la phobie.

Quelles sont les conséquences de la dentophobie sur notre vie 

Lorsque nous avons une peur irraisonnable du dentiste, nous évitons de nous rendre en consultation. Ainsi, la personne dentophobique doit supporter la douleur, ce qui provoque souvent une aggravation “de la rage de dents” et des complications telles que la gingivite ou la parodontite par exemple. Les caries s’étendront également à travers la cavité buccale du fait de l’absence de soins et de nettoyages périodiques ordinairement faits par le spécialiste.

Comment aider les personnes atteintes de dentophobie ?

La méthode la plus utilisée est la thérapie cognitive et comportementale (TCC), qui tentera de traiter les symptômes de la phobie. La thérapie permettra de changer progressivement les appréhensions du patient en idées positives. La psychanalyse s’est avérée utile dans la compréhension de la symbolique des dents.

Actuellement, les cabinets dentaires optent pour une approche plus douce afin d’éviter que les patients ne soient effrayés, ou développent une phobie. Le principe consiste à rassurer le patient, ce qui permet de réduire son stress et son anxiété.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire