You are currently viewing Peur de la mort

Peur de la mort

Personne n’échappe à la mort, nous sommes tous forcés d’affronter ce destin. Mais pour certaines personnes, ce jour semble toujours imminent ; elles ont peur de mourir et ne plus se réveiller le matin, au point de ne plus pouvoir vivre tranquillement, le moment fatidique occupant constamment leurs pensées. Cette phobie parfois s’accompagne d’un sentiment de panique extrême, dès qu’un élément en rapport avec la mort est évoqué, comme les cimetières ou les morgues. Zoom sur les causes, les manifestations et les traitements de la thanatophobie.

Pour quelles raisons ces sentiments apparaissent-ils chez certaines personnes ?

Petits et grands peuvent être hantés par la peur de la mort. À l’image des autres phobies, ce problème peut survenir suite à la vue d’un cadavre, d’un meurtre, soit dans la rue soit dans une fiction ; elle peut également apparaître suite au décès d’un proche, ou lors d’un accident grave qui a failli coûter la vie à la personne qui en a été victime. Une personne peut aussi développer cette phobie après s’être retrouvée en contact avec un mort à un très jeune âge, et cette situation reste ancrée dans sa mémoire. Chez les enfants, la simple disparition d’un animal domestique suffit à déclencher la thanatophobie ; pour d’autres, cette peur irraisonnée reste inexplicable, et même si elles acceptent leur condition phobique, elles n’arrivent pas à trouver la principale source de leur angoisse. Il faut signaler aussi que cette phobie touche surtout les personnes anxieuses.

Parfois, la thanatophobie s’associe à l’hypocondrie, qui est la peur d’être malade et de mourir d’une maladie, ou à la claustrophobie, à savoir la peur des petits espaces où la personne craint de mourir étouffée. On peut citer également l’agoraphobie, qui elle renvoie à la peur d’être confronté à une situation dont on ne peut échapper, et, par-là, de se retrouver à la merci d’un danger.

La peur de la mort : par quoi se manifeste-t-elle ?

Les manifestations de la peur de la mort varient d’une personne à une autre. En général, elles commencent à l’âge de 7 ou 8 ans, et si pour certains la nécrophobie est quasiment inexistante, pour d’autres, elle atteint alors son paroxysme. Elle se traduit souvent par une peur intense des objets ou situations qui se rapportent à la mort. Les personnes atteintes évitent par exemple de se rendre dans un cimetière ou un hôpital. Il leur est d’ailleurs impossible de faire des activités qui les exposent à un risque ou à un danger tel que certains sports ; les sorties dans des lieux bondés, la conduite automobile parfois, la nage etc. sont également problématiques. Les personnes atteintes de thanatophobie n’acceptent pas non plus de regarder des cadavres, même sur un écran ou en photo. Il en résulte pour elles parfois des insomnies, une dépression ou une anxiété permanente à l’idée de périr.

Comment faire pour se délivrer de cette peur permanente de la mort ?

Si la peur de la mort a des répercussions sur la vie d’une personne, elle nécessite une prise en charge rapide pour contrôler à temps la situation. Il existe différents types de traitements envisageables, entre autres, la thérapie cognitive et comportementale, qui consiste à diminuer et à faire disparaître complètement tous les symptômes de la phobie.

Au cours des séances, le patient sera exposé petit à petit à la situation qui déclenche sa peur. Le but est de l’aider à contrôler son angoisse. Il est également possible de suivre une thérapie d’inspiration analytique. L’idée est d’amener la personne atteinte de thanatophobie à comprendre la source de son mal-être, afin de la surmonter. L’hypnothérapie se révèle également efficace pour venir à bout de cette phobie. En cas de situation critique, la prescription de certains médicaments anxiolytiques auprès d’un médecin peut être nécessaire.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire