Peur du noir

Peur du noir

Quand la nuit commence à tomber, c’est la totale panique chez vous. Votre enfant refuse de dormir seul dans le noir, d’aller ou de rester dans une pièce sombre. La peur du noir est presque commune à tous les tout-petits. Mais cette situation assez banale devient quand même insupportable, aussi bien pour les enfants qui en sont victimes, que pour les adultes qui vivent avec eux. La phobie de l’obscurité ne touche pas seulement les personnes en bas âge. En effet, même les adultes peuvent éprouver cette sensation d’insécurité et de peur intense dans le noir. Il existe tout de même des traitements pour surmonter cette angoisse démesurée.

La peur du noir chez les enfants

La peur du noir est une situation assez banale chez les enfants. Ces derniers ne supportent pas l’obscurité totale. Ils la considèrent comme une menace, un piège ou une source d’insécurité. La plupart des enfants refusent qu’on éteigne la lumière quand ils dorment dans leur chambre, surtout entre 2 et 5 ans. Quand tout le monde se met au lit et que la maison devient silencieuse, c’est à ce moment que les tout-petits commencent à paniquer. Cette peur du noir peut également être associée à la peur de la séparation. L’enfant se sent seul dans sa chambre, sans personne à ses côtés en qui il a confiance. Cette phobie se manifeste tout simplement par un refus catégorique de rester dans l’obscurité. Si l’enfant est forcé à y faire face, cela pourra occasionner des essoufflements, tremblements, malaises, vomissements, voire même des évanouissements. Les principales causes de la peur du noir chez les enfants sont multiples. Il arrive souvent que la phobie soit liée aux contes que les parents racontent à leurs enfants et qui font référence aux monstres. Elle peut également survenir suite à une situation traumatisante comme un cambriolage, une agression, des punitions dans une armoire ou un endroit obscur… Mais il est d’ailleurs possible d’expliquer cette situation par le besoin des enfants, de passer plus de temps avec leurs parents.

La peur du noir chez les adultes

Pour beaucoup, la peur du noir ne concerne que les enfants. Seulement, un bon nombre d’adultes éprouvent cette sensation de peur dans l’obscurité. Beaucoup d’entre eux ne supportent pas de dormir dans le noir. Lorsque la lumière est éteinte, leur imagination se met en route et ils commencent à penser à des choses terrifiantes et angoissantes, comme si on les plongeait dans un univers vide. Ces pensées négatives les tourmentent pendant plusieurs heures avant qu’ils puissent trouver le sommeil. Certaines personnes n’arrivent même pas à s’endormir. Dans la plupart des cas, les adultes victimes de cette phobie ne parviennent pas à partager ce qu’ils ressentent à leurs proches par peur des préjugés. Sans un accompagnement adéquat par un professionnel, ce problème peut virer au cauchemar. En effet, cela peut se transformer en claustrophobie, ce qui est difficile à vivre aussi bien pour les victimes que pour leur entourage (avant d’aller au lit, les personnes peuvent prendre l’habitude de vérifier toutes les portes, sous le lit…ect).

Comment parvenir à surmonter la peur du noir ?

Pour vaincre cette peur du noir, la victime a besoin de l’aide d’un professionnel. Il lui sera sûrement plus facile de se confier à un tiers capable de le comprendre, qu’à ses proches qui pourront la juger. À travers des séances de thérapie cognitive et comportementale (TCC), le thérapeute invite la personne à parler de sa peur pour l’aider à évacuer ce qu’elle ressent et ce qui l’oppresse. Après lui avoir expliqué tous les bienfaits de la nuit et de lui avoir fait comprendre l’origine de sa peur, il lui sera possible d’apprivoiser progressivement l’environnement obscur. Le thérapeute pourra également lui faire pratiquer des exercices de respiration ou lui apprendre à mieux travailler son ouïe afin qu’elle puisse bien identifier la source et le type de bruits qui règnent durant la nuit dans sa maison ou à l’extérieur.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire