Peur de l’abandon

Peur de l’abandon

La phobie de l’abandon touche un bon nombre de personnes, aussi bien les enfants que les adultes. Souvent liée au manque de confiance en soi ou à une instabilité affective, cette situation occasionne un mal-être grave comme la sensation d’insécurité, l’angoisse permanente ou encore la difficulté de s’engager dans une relation durable. Elle peut même nuire à la vie de la victime si le problème n’est pas pris en considération à temps. La peur de l’abandon se manifeste sous différentes formes. Le traitement de cette phobie de plus en plus fréquente varie selon ses principales causes.

Peur de l’abandon : pourquoi certaines personnes en souffrent-elles ?

La crainte d’être abandonné peut survenir suite à une expérience douloureuse comme la perte d’un être cher, une enfance difficile ou une rupture amoureuse. La personne atteinte de ce trouble a peur de se retrouver seule ou rejetée. Chez les enfants, cette phobie est liée à un rejet ou à une sensation d’être abandonné suite à une reprise très tôt du travail par la mère après la naissance, une adoption, une difficulté d’adaptation en crèche ou chez une nounou, une hospitalisation, un divorce des parents ou encore à un sevrage brutal. Dans la plupart des cas, cette peur de l’abandon commence dès l’enfance à cause d’un attachement marqué par l’insécurité et par le manque d’assurance émotionnel. Cela peut avoir des répercussions sur la vie future de l’enfant, tant sur le plan privé que professionnel. Les psychologues relèvent également qu’une personne état-limite peut causer la peur de l’abandon. Les personnes ayant tendance à attirer et à rejeter les gens cachent souvent une crainte d’être abandonnées.

Comment se traduit la peur de l’abandon ?

Ce type de phobie s’illustre de différentes manières chez l’enfant, qui, lorsqu’il traverse une difficulté, se sent abandonné. Ce sentiment de ne pas être aimé provoque chez eux une prise de distance, une culpabilisation et un isolement. Certains enfants à fort caractère font des caprices et des bêtises pour attirer l’attention de leur entourage, quand d’autres osent faire une fugue.

Chez les adultes, la peur de l’abandon peut se traduire par un sentiment d’être seul, alors que ce sont eux qui repoussent les gens. Les victimes ont également peur de s’investir dans une histoire d’amour sérieuse et durable par peur d’être abandonnées ou rejetées par la suite. Elles croient qu’elles ne sont pas dignes d’être aimées ou doutent qu’une personne ne puisse pas les aimer comme elles l’espèrent. Elles restent, dans ce cas, submergées par l’anxiété et la peur. Dans certains cas, la phobie de l’abandon se manifeste par une jalousie maladive ou par l’entretien de relations amoureuses nombreuses et instables. Les personnes atteintes pourront même souffrir de dépression ou de troubles alimentaires sévères. Elles comblent le vide affectif profond qu’elles ressentent avec la boulimie, ce qui ne fera qu’empirer leur situation ; l’obésité pouvant provoquer une nouvelle forme de mal-être et un manque de confiance en soi sévère chez eux.

Comment aider les personnes atteintes de la peur de l’abandon ?

La peur de l’abandon a une grande influence négative sur la vie des victimes. Au sein d’un couple, elle pourra engendrer des conflits et des tensions qui conduiront à une nouvelle déception. Il est donc utile de prendre en main le plus tôt possible la situation pour éviter que cette crainte ne s’amplifie avec le temps. Pour se défaire d’une phobie de l’abandon, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) reste la meilleure alternative. L’accompagnement et le soutien d’un professionnel sont indispensables pour réussir à avancer. Le thérapeute fera en sorte d’optimiser à nouveau la confiance en soi du patient à travers des séances de dialogue et de travail sur soi. Après avoir mis le doigt sur l’origine de ce mal-être et de cette blessure, il mettra en place une méthode pour rétablir la vie relationnelle et émotive de la personne.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire