Glossophobie

Glossophobie

Parler en public est un défi pour bon nombre d’entre nous. Cela peut être dans le cadre d’une fête en notre honneur ou dans le cadre d’une réunion professionnelle. Toutefois, beaucoup de personnes ont peur d’apparaître en public. Certains ont même une peur panique rien qu’en y pensant et c’est ce genre de cas dont nous allons parler dans cet article sur la glossophobie.

Qu’est-ce que la glossophobie ?

La glossophobie est un terme pour parler d’une peur plus ou moins importante lorsqu’il s’agit de parler en public. C’est ce que nous appelons souvent “le trac” mais à un degré un peu plus intense. Le mot glossophobie vient du mot grec « glôssa » qui signifie langue.  Ce terme est utilisé pour tout ce qui est en rapport avec la parole, le langage ou les mots. (Exemple : glossaire pour parler d’un ensemble de mots expliquant les mots difficiles ou non connus dans un livre). Environ 75% de la population ressent un certain niveau de peur pour parler en public.

Pourquoi est-ce qu’une personne devient glossophobe ?

Comme toutes les phobies, la glossophobie fait suite à un évènement traumatisant qui a touché une personne dans son enfance ou son adolescence ou à un moment donné de sa vie où elle était vulnérable. Par exemple, un enfant s’est fait huer par les autres membres de sa classe lors de la présentation d’un exposé car il avait fait une petite erreur de prononciation ou qu’il avait oublié certains détails de son devoir. Cela n’aura pas d’impact immédiat mais cet échec sera un poids qui subsistera dans son subconscient et se manifestera par la peur dès que la même situation (ici un exposé à l’école) se présentera à nouveau. Toutefois, cela se manifestera de plus en plus violemment jusqu’à ce que la personne, même devenue adulte, ne puisse plus faire face à un auditoire restreint. Il peut aussi hériter cela d’un de ses parents car l’hérédité et la génétique sont également des éléments à prendre en compte lorsque l’on recherche l’origine d’une phobie.

Quels sont les symptômes de la glossophobie ?

Si vous êtes sur le point de faire une déclaration en public et que vous ressentez l’un des symptômes suivants, alors il se peut que vous soyez atteints de glossophobie. Les premiers signes apparaissent en présence de la situation phobogène :

  • Palpitations
  • Augmentation du rythme cardiaque
  • Transpiration excessive
  • Respiration rapide
  • Vertiges
  • Troubles gastro-intestinaux (accompagnés de nausées et de diarrhée parfois)

Il arrive également que la personne atteinte perde le sommeil les nuits précédant les présentations orales.

Si la personne souffre de glossophobie, elle évitera le plus possible les situations phobogènes. C’est ce qu’on appelle l’évitement. La peur est disproportionnée et irrationnelle donc elle cherchera un moyen pour ne pas affronter la situation redoutée.

Comment guérir la glossophobie ?

Comme toutes les autres catégories de peur, la glossophobie peut se soigner. Il faut dans un premier temps se rapprocher d’un médecin spécialiste dans la santé mentale qui pourra diagnostiquer la maladie et chercher les origines de cette phobie. Le médecin traitant pourra ainsi utiliser différentes méthodes pour soigner la phobie mais la thérapie cognitive et comportementale (TCC) est le meilleur moyen connu à ce jour. Il s’agit d’exposer la personne malade devant la situation qu’elle redoute le plus mais de manière progressive. Il se peut alors que la thérapie se déroule dans une maison où la personne se sent en sécurité. Par la suite, le niveau d’exposition augmentera et l’environnement de test changera au fur et à mesure que la personne augmente sa tolérance envers les situations phobogènes. Le but du médecin est ainsi de rendre insignifiant le fait de parler en public. Il y a également différentes astuces que la personne pourra utiliser pour s’améliorer durant ses speechs devant un public.

Etre glossophobe peut-être pénalisant notamment lorsqu’on doit faire des choses en public. Nous sommes en effet amenés un jour ou l’autre à devoir faire un entretien d’embauche ou une négociation quelconque. Donc il nous faut faire face à notre trac, car s’il se transforme en peur tenace. Comme la glossophobie, cela devient un handicap pour la vie. Il ne faut pas hésiter non plus à consulter un médecin, car il vous sera plus facile de vous faire aider.

Laisser un commentaire