L’hydrophobie. Qu’est-ce que c’est ?

Home - Non classé - L’hydrophobie. Qu’est-ce que c’est ?

Elle est aussi appelée « Aquaphobie ». C’est la peur irrationnelle de l’eau. Comme tous les types de phobies, c’est une peur irrationnelle intense que la personne atteinte ne peut pas contrôler. Elle se manifeste souvent à la vue de l’eau ou au contact de l’eau, ce qui est vraiment dommage pour la personne car l’eau est un élément présent dans le quotidien de chaque personne car il faut notamment aller se doucher avant d’aller travailler par exemple. Dans sa forme la plus intense, le moindre contact avec l’eau déclenche une peur extrême mais dans sa forme la moins sévère il faut que la personne soit près d’une quantité étendue d’eau (telle qu’une piscine ou un lac ou une rivière) pour que sa peur se déclenche.

Comment est-ce que l’hydrophobie se manifeste ?

La manière la plus facile d’identifier une personne atteinte d’hydrophobie c’est l’évitement. Si une personne évite autant que possible le contact avec l’eau alors on peut déjà soupçonner qu’elle soit atteinte d’hydrophobie. Par exemple, à chaque fois que vous l’invitez à la piscine ou en vacances au bord de la mer et qu’elle trouve dix mille excuses pour ne pas y allez alors il faut déjà se dire que cette personne a peur de l’eau car si elle ne savait pas tout simplement nager elle aurait peut-être aimé la vue de la plage ou s’amuser avec les autres au bord de la piscine.

Des symptômes physiques peuvent également être identifiés chez la personne atteinte d’hydrophobie :

  • Sueurs
  • Pâleur
  • Troubles du rythme cardiaque
  • Vertiges
  • Sensation d’engourdissement dans les membres
  • Évanouissement (dans les cas extrêmes)

D’autres symptômes peuvent également apparaitre mais ces derniers sont les plus fréquents.

Quelle est l’origine de l’hydrophobie ?

L’hydrophobie fait suite à un évènement traumatisant qui se produit principalement dans l’enfance. Par exemple, l’enfant évite de juste une noyade durant  une sortie scolaire ou durant un cours de natation. Cela laissera à jamais une trace dans son subconscient et le conduira à avoir peur de l’eau au fur et à mesure qu’il grandit. Toutefois, l’enfant n’a pas besoin d’être la victime de la noyade pour que la phobie se développe car rien qu’en voyant quelqu’un se noyer l’enfant peut aussi ressentir un certain traumatisme et développer une peur de l’eau notamment s’il n’a rien pu faire pour aider la personne en danger. Comme toutes les phobies il est difficile d’identifier la cause exacte de l’hydrophobie.

Comment traiter l’hydrophobie ?

La meilleure manière de combattre l’hydrophobie c’est la psychothérapie. Il faudra donc que la personne aille voir un spécialiste de la santé mentale pour se faire diagnostiquer. Le médecin essaiera dans un premier temps de découvrir les origines de la peur. Il lui prescrira par la suite un traitement adéquat. La thérapie cognitivo – comportementale (TCC) est la plus souvent utilisée car elle comporte le taux de réussite le plus élevé. Elle a pour base l’exposition progressive de la personne  à l’eau. Elle apprendra ainsi à se familiariser peu à peu avec l’idée que l’eau est nécessaire à la vie et que le contact de l’eau ne conduit pas systématiquement à une mort certaine. C’est difficile au début mais avec l’accompagnement d’un médecin c’est plus facile pour le malade de sauter le pas. Pour supprimer les effets de l’angoisse, le médecin peut prescrire quelques médicaments tels que les anxiolytiques mais il faudra y aller doucement car cela peut avoir des effets secondaires.

Il y a également l’hypnose thérapeutique qui aide également les patients à se changer les idées sur certaines choses dont la peur de l’eau. Il faudrait quelques séances mais associée à la thérapie cognitivo comportementale elle fournit également de très bons résultats. Il y a aussi les stages d’hydrophobie qui sont supervisés par des maîtres nageurs mais les réels effets de ceux-ci ou ses effets secondaires ne sont pas encore connus. Il faut donc commencer par la thérapie comportementale et privilégier la sécurité du patient car c’est la meilleure manière de guérir. L’accompagnement et le soutien des proches sont également très sollicités dans le cadre de la thérapie car il n’y a rien de mieux qu’une famille soudée pour guérir tous les maux de cette vie.

Share: