Pantophobie

Pantophobie

La pantophobie vient du grec « pan » qui signifie « Tout » et de « phobos » signifiant « Peur ». Donc, en gros c’est une peur de tout. On l’appelle aussi « omniphobie » et « panophobie ». Si les autres types de phobies ont un objet spécifique, la pantophobie n’a pas de situation phobogène distincte car elle déclenche chez la personne atteinte une sensation de danger permanent. C’est comme si elle avait une épée de Damoclès au dessus de la tête ne sachant pas vraiment de quoi elle a peur, simplement la sensation d’une menace dont il faut se méfier et se protéger. Nous avons tous déjà ressenti dans notre vie une peur de quelque chose qu’il nous est difficile d’identifier, nos sens nous alertant sur un danger possible mais nos yeux n’arrivent pas à le distinguer. Cependant, après un court laps de temps, nous redevenons calmes. Or, pour le pantophobe, la sensation de menace par un ou plusieurs évènements est amplifiée et ne s’arrête jamais jusqu’à affecter fortement le comportement de la personne. Cette peur se distingue par le fait qu’on ne peut pas l’expliquer exactement, handicapant fortement l’individu atteint ce qui en fait une phobie classée dans la catégorie des peurs incapacitantes.

Fort heureusement, cette phobie est soignable comme toutes les autres phobies. Nous allons aborder dans les prochains paragraphes de cet article comment définir les causes de la phobie ainsi que les différents symptômes de cette maladie.

Les causes de la pantophobie.

Comme nous l’avons précisé précédemment, la pantophobie se déclenche sans prévenir et personne n’arrive exactement à expliquer sa source. Comme les autres phobies, elle entraine une peur irrationnelle et se déchaine sans trop de logique. Le nom de cette phobie trouve son origine dans celui du Dieu grec Pan qui terrorisait le peuple dans les temps anciens.

Généralement, le patient ne se souvient pas de la première fois où il a senti la peur l’atteindre mais il sait que celle-ci revient de plus en plus souvent au fil du temps et que sa vie commence à virer au cauchemar. La pantophobie peut être la résultante d’une autre phobie comme la peur de la foule, la peur des piqûres ou la peur des araignées. La principale cause des phobies est toujours un évènement traumatisant qui aurait impacté fortement le subconscient du patient. Le facteur génétique et l’expérience de la personne peuvent également être en cause. En effet, en expérimentant certaines choses ou en voyant des personnes faire face à certains évènements, une personne peut radicalement changer et avoir peur de certaines situations.

Quels sont les symptômes de la pantophobie ?

La pantophobie est identifiable grâce aux différents symptômes tels que la peur irrationnelle d’objet, de personne, d’animaux ou même d’une situation quelconque.  On retrouve également l’évitement qui est un des principaux symptômes des phobies amenant la personne à s’éloigner de diverses situations voire même de son entourage. Ce qui est le plus inquiétant c’est la montée fréquente de l’adrénaline qui augmente la sensation de peur de la personne. Il se peut que la pantophobie soit accompagnée par de la tristesse et une sensation de perte de contrôle de soi.

Des symptômes physiques apparaissent tels que : des tremblements, des palpitations, une accélération du rythme cardiaque et dans les cas les plus extrêmes l’évanouissement.

Comment soigner cette phobie ?

Nous arrivons enfin à la partie où l’on soigne la phobie. Oui, il y a bien des traitements capables de guérir la pantophobie. Mais d’abord il faut aller voir un spécialiste de la santé mentale. Ce dernier sera chargé d’adapter les thérapies aux caractéristiques du patient. La thérapie cognitive comportementale est la thérapie la plus efficace sur les phobies spécifiques. Elle se base sur l’analyse des situations phobogènes afin de désensibiliser le patient. La thérapie comporte différentes étapes qui ont pour but final la disparition de toutes les idées négatives que le patient a lorsqu’il doit faire face à certaines situations à l’origine de la phobie. L’utilisation de médicament peut aussi être indiquée par le médecin si cela s’avère nécessaire. Toutefois, ces médicaments ne soignent que les symptômes et non pas la phobie.

Pour que le patient ne soit pas totalement handicapé il faut qu’il se soigne rapidement dès l’apparition des symptômes de la phobie. Vu que la cause est difficile à cerner ici, il vaut mieux se rapprocher d’un spécialiste dès le début pour en faciliter la guérison.

Laisser un commentaire