You are currently viewing Pantophobie

Pantophobie

Nous avons tous déjà ressenti dans notre vie la peur de quelque chose qu’il nous était difficile d’identifier ; tous nos sens sont en alerte, mais notre entendement n’arrive pas à distinguer le danger qu’ils signalent. Nous nous relâchons alors, et retrouvons progressivement notre calme. Pour certaines personnes néanmoins, la sensation de menace ne disparaît jamais. Elle s’amplifie à la moindre chose, au point d’affecter sérieusement leur comportement ; les personnes affectées ne parviennent pas à s’expliquer, et s’en retrouvent grandement handicapées dans leur vie quotidienne. Elles souffrent de ce qu’on appelle la pantophobie. Voyons en quoi consiste ce trouble, et les traitements qu’il est possible d’envisager pour le soigner.

Qu’est-ce que la pantophobie ?

Le terme pantophobie vient des mots grecs pan, qui signifie « tout », et phobos, qui signifie « Peur ». Il caractérise la peur de tout, c’est-à-dire qu’à la différence des phobies traditionnelles, qui ont un objet spécifique, la pantophobie n’en a pas, et aucune situation phobogène précise ne déclenche la sensation de danger permanent dont la personne affectée fait l’expérience. On pourrait dire que cette dernière vit constamment avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête, percevant une menace dont il lui faut se méfier et se protéger, sans être capable de l’expliquer ou en discerner les contours. C’est pourquoi la pantophobie est classée dans la catégorie des peurs incapacitantes.

Les causes de la pantophobie.

Comme nous l’avons mentionné, la pantophobie se déclenche sans prévenir, et nous ne sommes pas capables aujourd’hui d’en expliquer les causes. Comme les autres phobies, elle entraîne une peur irrationnelle qui survient sans logique ; c’est à ce titre qu’elle tient son nom du Dieu grec Pan, qui terrorisait arbitrairement le peuple dans les temps anciens.

Généralement, le patient ne se souvient pas de la première fois où sa phobie s’est manifestée, mais il sait que celle-ci se reproduit de plus en plus souvent au fil du temps, et que sa vie en est fortement perturbée. La pantophobie peut s’associer à d’autres phobies, comme celle de la foule, celle des piqûres ou des araignées par exemple.

La peur extrême et irraisonnée est toujours liée à un évènement traumatisant, dont l’impact a fortement marqué le subconscient du patient. Des facteurs génétiques et l’expérience de la personne peuvent également être en cause ; en effet, en expérimentant certaines choses, ou simplement en étant témoin de certains événements, une personne peut en être affectée radicalement et changer, au point de craindre certaines situations de façon systématique.

Quels sont les symptômes de la pantophobie ?

La pantophobie est identifiable à travers les différents symptômes qu’elle occasionne, comme la peur irrationnelle de certains objets ou de certaines personnes, d’animaux ou de situations quelconques.  On retrouve également les comportements d’évitement, caractéristiques chez les personnes phobiques, qui les amènent à se soustraire des situations ou des personnes dont elles savent qu’elles déclencheront chez elles une crise. La plus grande source d’inquiétude pour les pantophobes vient de la montée fréquente d’adrénaline lors des crises, qui amplifie la sensation de peur.

Il est également possible que la pantophobie s’accompagne d’un sentiment de grande tristesse, ou d’une sensation de perte de contrôle de soi.

Des symptômes physiques quant à eux sont divers : tremblements, palpitations, accélération du rythme cardiaque et dans les cas les plus extrêmes, l’évanouissement.

Comment soigner cette phobie ?

Il existe des traitements efficaces pour soigner la pantophobie, mais il est nécessaire de consulter en premier lieu un spécialiste de la santé mentale. Ce dernier envisagera la thérapie la plus adaptée au cas présenté par le patient.

En termes de troubles phobiques, la thérapie cognitive et comportementale est l’approche la plus efficace. Elle se base sur l’analyse des situations phobogènes, de façon à désensibiliser le patient. Elle se déroule en plusieurs étapes, dont la finalité est de faire disparaître toutes les idées négatives que le patient a lorsqu’il doit faire face à certaines situations qui lui sont phobogènes. L’utilisation de médicament peut aussi être indiquée par le médecin s’il l’estime nécessaire. Il faut néanmoins garder à l’esprit que les médicaments ne traitent que les symptômes dans le cadre d’une phobie, et non les causes.

Il est recommandé de consulter un spécialiste dès l’apparition des symptômes de la pantophobie, de façon à l’empêcher de s’aggraver et handicaper sévèrement la personne qui en souffre. Un spécialiste sera en mesure de vous orienter, et plus vous prendrez cette initiative tôt, plus la guérison en sera facilitée.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire