Psychologie infantile : la phobie scolaire

Home - Non classé - Psychologie infantile : la phobie scolaire

Pleure lors du premier jour d’école est une chose, mais avoir la peur bleue d’aller à l’école de façon constante en est une autre. Cette peur constante est alors désignée sous le nom de phobie scolaire et atteint un grand nombre d’élèves mais aussi d’adolescents.

Qu’est-ce que la phobie scolaire ?

La phobie scolaire peut se définir comme étant un refus d’aller à l’école ou à l’établissement pédagogique concerné. Ce refus se manifeste alors par une angoisse massive et se matérialise même à la simple idée de cette situation. Ce refus scolaire est alors accompagné par des crises de paniques au moment du départ pour l’établissement. Il est important de savoir distinguer le refus scolaire au refus d’apprendre ou encore de la difficulté d’apprentissage. Simplement, la phobie scolaire se traduit par une volonté irraisonnée des jeunes de ne pas aller à l’école. La phobie scolaire est alors un cas général qui peut toucher les filles que les garçons, les bons élèves comme les moins doués ainsi qu’une tranche d’âge variant entre 12 à 19 ans.

Quelles en sont les causes ?

La phobie scolaire ne connait pas une cause unanime. Les causes sont alors diverses et propres à chaque phobique. Suivant certains auteurs, la cause de la phobie scolaire auprès des nourrissons serait due à l’anxiété que ressent l’enfant quant à la séparation avec sa mère. Cette anxiété de séparation serait alors au centre de la phobie scolaire. Cela aurait un impact sur l’adolescent, et aurait un lien de causalité avec la phobie scolaire. Par ailleurs, la phobie scolaire peut avoir d’autres sources. Cela peut notamment être engendré par des expériences traumatisantes comme des situations d’humiliation ou encore de harcèlement. Dans d’autres cas, la phobie sociale aurait la peur du professeur comme source.

Les traitements de la phobie scolaire

Les traitements de la phobie sociale se font par le biais d’une thérapie principalement et qui est appuyé par des traitements médicamenteux. La thérapie relève de la psychothérapie individuelle tout d’abord. Par la suite, les entités concernées sont inclus dans la thérapie. L’enfant, la famille et l’école sont alors impliqués dans un programme thérapeutique qui est limité dans le temps. Dans les cas extrêmes, l’hospitalisation est une alternative. Allant de 3 à 6 mois, cette institutionnalisation a pour but de modifier les pensées négatives et les appréhensions que l’enfant s’est créé. Par ailleurs, cela consiste en la familiarisation de l’enfant avec le milieu scolaire et de le préparer à sa scolarisation.

Comment aider son enfant à lutter contre cette phobie ?

Pour aider l’enfant à faire face à sa phobie, les parents sont tenus de les écouter attentivement. Par manque d’attention et de compréhension, la phobie scolaire trouve sa puissance. Cela est surtout rencontré chez les adolescents souffrant de cette anxiété. Pour comprendre son enfant, il est important de connaître son environnement de vie. Ainsi, rencontrer les professeurs et leur faire part des problèmes psychiques que traverse l’enfant est une bonne chose. S’entourer des professionnels pour savoir les bons gestes est important. Pédopsychiatres et pédiatres seront alors des alliés incontestables. Etant mis à l’épreuve, les parents devraient aussi en parler pour mieux gérer la situation et être d’un appui efficace pour l’enfant. C’est dans cette perspective que des associations et des centres spécialisés ont été créés.

Share: