Phasmophobie, la peur des fantômes

Home - Non classé - Phasmophobie, la peur des fantômes

Mythes ou réalité, les fantômes font partie des choses que beaucoup de gens craignent encore de nos jours. Tous les enfants ressentent un jour ou l’autre ce genre de phobie car c’est totalement nouveau pour eux et que les fantômes sont liés à la mort. Dès que l’enfant apprend le concept de la mort et surtout quand il voit un film d’horreur sur les fantômes alors il commence à avoir peur qu’un d’entre eux surgisse du noir. C’est la même chose pour les adultes qui ont toujours peur malgré l’âge et la maturité. Les gens qui ont une peur panique des fantômes ont ce qu’on appelle la pantophobie. Ces gens réagissent très mal à l’idée de voir un fantôme ou un film d’horreur contenant un fantôme. Bien que ce soient les fantômes qui sont le plus concernés dans cet article, il y a également les autres êtres surnaturels tels que les sorciers ou les vampires qui ont le même effet sur les phasmophobes. La raison pour laquelle les enfants sont les plus atteints par cette phobie c’est surtout à cause de leur manque de connaissances et de leurs esprits pleins d’imagination. Lorsque la phobie subsiste au-delà de l’enfance elle peut devenir une phobie chronique qui est potentiellement débilitante.

Quelles sont les causes de la phasmophobie ?

Il est difficile de déterminer avec exactitude la véritable origine de la phasmophobie. Il y a des gens qui ont une prédisposition génétique à l’anxiété et dont le risque de développer une phobie est plus grand. Le plus souvent, l’apparition des phobies fait suite à un traumatisme ou des évènements pénibles qui s’accumulent et qui produisent par la suite une phobie au fil du temps. Les personnes qui ont une phobie ressentent toujours une présence à leurs côtés et ont parfois l’impression que quelque chose les observait. La vie de ces personnes devient pénible à tel point que cela les paralyse à chaque fois qu’il faut rester seul ou qu’il faut faire quelque chose dans un endroit un peu sombre de la maison. Par ailleurs, la phasmophobie a également pu être provoquée par la peur d’autres choses comme la solitude ou les endroits obscurs. La peur fait dériver l’esprit et l’imagination commence à fabriquer des êtres fantomatiques qui se cachent dans l’obscurité.

Comment reconnaît-on une personne atteinte de phasmophobie ?

Les symptômes   sont les mêmes que pour les autres phobies :

  • Difficulté à dormir et de rester seul
  • Refus d’aller aux toilettes la nuit et surtout tout seul
  • Crise de panique et anxiété intense
  • Manque de sommeil et somnolence diurne
  • Attaque de panique

Il peut y a voir d’autres symptômes mais cela dépend entièrement de l’individu. Parfois, certains symptômes ne peuvent pas aider à diagnostiquer une phobie. Il faut toujours une consultation médicale spécialisée pour déterminer exactement la nature de la phobie et les situations phobogènes ainsi que les remèdes pour le guérir.

On peut également déceler la phasmophobie dans le comportement d’une personne. En effet, si quelqu’un de votre entourage commence à faire des rituels (d’exorcismes ou autres) avant de faire quelque chose alors cela peut signifier qu’il y a quelque chose qu’il craint et dont il veut se protéger à tout moment. Ces rituels deviennent parfois répétitifs et deviennent paralysant pour la personne car elle ne peut entreprendre aucune activité sans avoir au préalable effectué le rituel en question.

Comment soigner la phasmophobie ?

Il est possible de soigner la phasmophobie. Certains préfèrent la soigner grâce à des médicaments comme des antidépresseurs et d’autres médicaments pour lutter contre l’anxiété. Ces médicaments ne font qu’atténuer les symptômes de la phobie mais le mal reste toujours. Pour que le malade guérisse complètement il lui faut des séances de psychothérapie. Il y a différents types de thérapies mais la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est la plus efficace de toutes. La TCC implique une analyse des motifs de la phobie et préparer une série de thérapies qui permettront à termes de guérir les symptômes et la phobie. Le médecin traitant exposera progressivement le patient à différents stimuli en relation avec sa phobie et cela permettra à ce dernier de s’habituer progressivement aux situations phobogènes. Pour que la thérapie fonctionne, le patient doit être placé dans l’endroit le moins stressant possible et pour éviter une rechute il ne doit jamais rester seul.

Share: