You are currently viewing Phasmophobie, la peur des fantômes

Phasmophobie, la peur des fantômes

Qu’est-ce que la phasmophobie ?

Qu’ils relèvent du mythe ou de légendes urbaines, les fantômes suscitent la crainte chez un grand nombre de personnes aujourd’hui. Tous les enfants font un jour l’expérience de cette peur ; les fantômes étant intimement liés à la mort, celle-ci se manifeste généralement lorsqu’ils commencent à comprendre le concept de mort, et regardent certains films d’horreur.

Cette peur peut persister à l’âge adulte, et on parle alors de phobie. Les personnes affectées réagissent très mal à l’idée de voir un fantôme dans un film d’horreur, et la seule l’évocation d’êtres surnaturels, tels que les sorciers ou les vampires, provoquent le même effet sur elles. La raison pour laquelle les enfants sont les plus atteints par cette phobie s’explique par leur manque de connaissance, et leur imagination débordante. Lorsque la phobie se maintient à l’âge adulte, elle peut devenir une phobie chronique.

Quelles sont les causes de la phasmophobie ?

Il est difficile de déterminer avec exactitude les véritables causes de la phasmophobie. Certaines personnes ont une prédisposition génétique à l’anxiété et présentent un risque accru de développer une phobie. La plupart du temps, l’apparition d’une phobie fait suite à un traumatisme ou à des événements graves subis à une période déterminée. Les personnes phasmophobes ressentent toujours une présence à leurs côtés, et ont parfois l’impression que quelque chose les observe. La vie de ces personnes en devient pénible au point de les paralyser lorsqu’elles se retrouvent seules, ou quand elles doivent faire quelque chose dans un endroit isolé, chez elles ou à l’extérieur. Par ailleurs, la phasmophobie peut également être provoquée par la peur d’autres choses, comme la solitude ou les endroits obscurs.

Comment reconnaît-on une personne atteinte de phasmophobie ?

Les symptômes sont les suivants :

  • Difficultés à dormir et à rester seul ;
  • Refus d’aller aux toilettes la nuit, et surtout tout seul ;
  • Crise de panique et anxiété intense ;
  • Manque de sommeil et somnolence diurne ;
  • Attaques de panique.

Il existe d’autres symptômes mais ceux-ci varient selon les personnes. Certains symptômes ne permettent pas à eux seuls de diagnostiquer une phobie ; la consultation d’un professionnel de santé spécialiste permettra de déterminer exactement la nature de la phobie et les situations phobogènes.

On peut également identifier la phasmophobie à travers le comportement d’une personne. En effet, si une personne de votre entourage commence à pratiquer des rituels (d’exorcismes ou autres) avant d’effectuer une tâche, cela peut signifier que cette tâche est une source de crainte pour elle, et qu’elle cherche à s’en protéger à tout moment. Ces rituels deviennent parfois répétitifs et peuvent être paralysant pour la personne, car elle ne peut entreprendre aucune activité sans avoir au préalable effectué le rituel en question.

Comment soigner la phasmophobie ?

La prescription d’antidépresseurs ou anxiolytiques permet de diminuer les symptômes, mais pour que le patient guérisse, il est recommandé de suivre une psychothérapie, et plus précisément selon l’approche cognitivo-comportementale (TCC), qui est la plus efficace dans le traitement des phobies en général. La TCC implique une analyse des origines de la phobie, et permet à terme de la dépasser. Le thérapeute expose progressivement le patient à différents stimuli en lien avec les situations ou objets qui lui sont phobogènes. Ce dernier peut ainsi se familiariser avec sa peur, et tenter de s’habituer progressivement aux éléments qui auparavant lui étaient insupportables.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire