L’éjaculation précoce : un trouble psychologique ?

L’éjaculation précoce : un trouble psychologique ?

Souvent mal vécue, l’éjaculation précoce reste un sujet tabou. Toutefois, contrairement aux idées reçues, ce trouble concerne une grande partie de la gent masculine (30 % de la population masculine). D’un point de vue médical, des solutions existent. Il est également possible de traiter l’éjaculation précoce grâce à une approche psychologique. Pour un meilleur épanouissement de votre vie sexuelle et de votre couple, sachez prendre les devants.

Déterminer une éjaculation précoce

L’éjaculation précoce est un des troubles sexuels les plus fréquents chez l’homme. S’il n’existe pas de durée pour déterminer un acte précoce, à partir du moment où la relation ne dure que très peu de temps (ou se termine avant pénétration, durant les préliminaires), on peut parler de précocité. L’éjaculation précoce est caractérisée par :

  • l’incapacité du sujet à maîtriser ou retenir l’éjaculation
  • une frustration ressentie par l’un ou les deux partenaires sexuels après l’éjaculation
  • la survenue rapide de l’éjaculation trop rapidement, et ce, à chaque rapport sexuel ou très fréquemment

Lorsque l’acte dure moins d’une minute, et qu’à chaque acte sexuel l’éjaculation précoce se fait constater, on peut parler de trouble sexuel prématuré. Cet acte n’est pas volontaire et concerne deux cas :

  • l’éjaculation primaire : l’homme a toujours eu ce problème à chacun de ses rapports.
  • l’éjaculation secondaire : l’homme ne rencontre ce problème qu’à un moment de sa vie sexuelle, il se trouve soudainement confronté à ce trouble.

Chez les hommes circoncis, il semblerait que les cas d’éjaculations précoces soient plus rares du fait de la kératinisation du gland. En effet le gland étant dégagé du prépuce, le frottement contre les vêtements fait épaissir le gland, celui ci devient donc moins sensible et peut retarder l’éjaculation.

L’éjaculation précoce : trouble corporel ou psychologique ?

L’éjaculation précoce est souvent mal vécue par les hommes et peut frustrer les deux sexes. Elle peut avoir des origines physiologiques, comme une hypersensibilité du gland, ou des troubles de transmission de l’influx nerveux. Elle est également considérée comme un trouble psychologique : l’état d’esprit de la personne peut en effet, interférer dans le contrôle de l’éjaculation.

Traitement des troubles érectiles

D’un point de vue médical et psychologique, le traitement des troubles érectiles diffère. Les sexologues et psychologues ont une approche moins agressive que les médecins qui utilisent des traitements médicamenteux. Il existe en effet des médicaments qui exercent une action anesthésique sur la verge. Ils réduisent ainsi la sensation ressentie par l’homme au cours de l’acte sexuel. 

Traitement de l’éjaculation par la psychothérapie

Le traitement médicamenteux étant un traitement à répéter avant chaque acte, il est contraignant. Le traitement par la psychanalyse apporte des solutions sur le long terme. Il existe ainsi plusieurs types de thérapies : 

  • cognitivo-comportementale, c’est une thérapie classique qui permet à l’intéressé de mieux connaître son corps et ainsi d’avoir un meilleur contrôle de ses gestes. Le patient est amené à appréhender différemment l’acte sexuel et à mieux vivre ce moment. Cette thérapie peut s’accompagner de quelques exercices physiques.
  • la psychanalyse, il faut déterminer d’où provient la cause. En effet, certains souvenirs traumatisants ou une appréhension sur le plan sexuel, cela peut être une des causes de l’éjaculation précoce.

Les problèmes d’éjaculation précoce concernent un grand nombre d’hommes, il existe toutefois des solutions appropriées pour prévenir cette précocité. L’association de traitements médicamenteux et de soins psychologiques peut s’avérer nécessaire dans certains cas de figure.

Laisser un commentaire