L’impact psychologique du viol

L’impact psychologique du viol

Le traumatisme psychologique engendré par un viol touche des milliers de femmes chaque année. Les séquelles peuvent être graves pour la vie quotidienne du patient et pour sa santé mentale. Une prise en charge psychologique pourra aider la victime.

Les conséquences d’un viol

La plus importante conséquence d’un viol pour une femme est le traumatisme psychologique. Ce dernier est un trouble cognitif et émotif causé par le choc reçu et par la brutalité du viol. L’impact du viol sur le corps et l’esprit peut nuire à la santé mentale de la victime surtout si le coup ou le choc est plus fort. Cela représente ainsi un danger pour la victime.

Par ailleurs, les personnes qui sortent du coma après avoir été violées ne sont pas sorties d’affaires. En effet, elles sont encore éventuellement victimes de nombreuses séquelles cérébrales comme les conséquences motrices et cognitives dont le trouble de communication, le trouble de mémoire et du comportement et bien d’autres. Des pertes totales de la mémoire ou des crises d’épilepsie graves font également partie des répercussions d’un traumatisme à lésions sévères. Il arrive que le patient se retrouve dans un état d’inconscience prolongé où il ne reconnaîtra personne et ni même son propre nom.

Les dangers d’un traumatisme psychologique dû à une agression ou un viol

Les traumatismes psychologiques quels que soient leurs degrés de gravité peuvent être un véritable danger pour les femmes. L’état émotionnel d’une femme est souvent plus sensible et moins résistant que celle des hommes face à une situation d’agression et de danger. Les personnes de sexe féminin sont exposées au risque de névrose et de psychose à chaque difficulté au quotidien. Ce trouble psychologique est plus grave et plus sévère en cas de violence et d’agression. Les jeunes filles sont les plus vulnérables face à un acte agressif et violent comme le viol. Elles sont totalement exposées à ce type de traumatisme. Les femmes âgées sont moins affectées, mais les séquelles psychologiques peuvent être également graves si elles ne sont pas traitées, accompagnées et entourées.

Sans traitement approprié, une personne victime d’un viol peut mettre en danger sa propre personne à cause de l’instabilité psychologique. Elle aura tendance à se suicider ou à être complètement désorientée. Ce genre de traumatisme peut rendre une personne handicapée mentale.

Les traitements appropriés en cas de trouble psychologique et de séquelle cognitive due au viol

Toutes personnes victimes d’un viol doivent consulter un psychothérapeute, psychanalyste pour être traitées en conséquence. Cela permet d’éviter que le traumatisme psychologique affecte encore plus l’état mental du patient et entraîne des troubles cognitifs, de la mémoire, de l’organisation et de la concentration. Il est important de passer par un bilan neuropsychologique pour déterminer la gravité de l’atteinte cognitive due au trouble psychique. Le résultat du diagnostic détermine si le patient doit consulter un psy pour l’aider à le rétablir émotionnellement et cognitivement ou s’il est obligé être amené à faire de la rééducation fonctionnelle dans un centre spécialisé. Dans ce dernier cas, l’agression a un impact grave sur la personne que ce soit sur son état mental ou sa faculté cognitive. Cette rééducation peut durer plusieurs années, car le patient doit passer plusieurs étapes de traitement psychologique et de réinsertion sociale. L’objectif de ce traitement est de diminuer les gênes, d’apprendre à la réadaptation où il faudrait changer de mode de vie étant donné le handicap du patient.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire