Autophagie : comprendre ce comportement d’automutilation

Autophagie : comprendre ce comportement d’automutilation

L’autophagie est le fait de s’infliger une douleur à une partie de son corps en le mordant ou le mangeant. Ce trouble mental ou symptôme d’un trouble mental, se manifeste par une automutilation. Son origine n’est pas encore bien définie. Il peut être traité par une prise en charge médicale ou psychothérapeutique.

Qu’est-ce que l’autophagie ?

Provenant du grec : « autos » (soi-même) et « phagein » (manger), l’autophagie signifie littéralement « se manger soi-même ». Notons que la plupart des êtres humains s’engagent régulièrement à une forme légère d’autophagie : se mordre les ongles, mâcher une peau morte du bout des doigts ou bien celle des lèvres. Ce n’est guère inquiétant, car c’est un acte lié très souvent au stress. Cela dévient préoccupant lorsque le sujet mord ou mange sa chaire de façon régulière.

Symptômes de l’autophagie

L’autophagie est donc une manifestation de comportement d’automutilation ayant pour finalité de provoquer des douleurs vives à soi-même en mordant les ongles, les doigts ou en se mutilant la paume, les orteils ou plus grave encore en mangeant la chair d’une partie de son propre corps. Cette forme d’auto cannibalisme peut ainsi provoquer de très graves blessures.

La victime de ce trouble montre de grande difficultés à lutter contre l’envie de mordre ou de manger sa propre chair. Il manifeste une véritable tension ou excitation avant chaque passage à l’acte. Un soulagement voire une gratification est éprouvée une fois l’acte achevé.

Causes de l’autophagie

Les facteurs qui expliquent l’autophagie ne sont pas encore bien définis. Les chercheurs l’associent souvent à divers troubles psychiatriques comme la schizophrénie, la psychose et le trouble obsessionnel compulsif. Certains patients atteints d’une neuropathie diabétique peuvent manifester ce type de comportements. Il peut également être dû à une anxiété sexuelle, un isolement social ou encore une impulsivité. D’autres victimes manifestent un comportement autophagique en voulant consommer des objets non-comestibles, dû à un excès de stress ou face à une détresse psychologique.

Pour mieux comprendre ce trouble psychiatrique, des chercheurs américains en neurosciences ont établi une relation entre douleur physique et douleur émotionnelle ou morale au niveau cérébral. D’autres chercheurs expliquent que « bien que l’autophagie soit reconnue comme une automutilation n’est pas synonyme de tendance suicidaire. Les sujet atteints d’autophagie rencontrant des soucis émotionnels s’infligent une douleur physique qui vient objectiver cette douleur morale. »

Traitements de l’autophagie

Afin de guérir des atteintes corporelles causées par cette automutilation et ainsi d’éviter toute infection, une prise en charge médicale est nécessaire. Un traitement médical peut être prescrits contre le comportement autophagique : des antidépresseurs et antipsychotiques. En outre, des approches psychologiques peuvent être mises en place. Une thérapie cognitive ou une thérapie comportementale peut être prescrite au patient pour l’aider à contrôler ses comportements autophagiques et ainsi les remplacer par d’autres comportements.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire