La peur des petits espaces – Claustrophobie

La peur des petits espaces – Claustrophobie

Qu’est ce que la claustrophobie ?

La claustrophobie est un type de phobie situationnelle (peur de certaines situations) où un individu éprouve une grande peur des petits espaces ou des espaces clos. 
Une personne souffrant de claustrophobie peut avoir peur d’aller dans les ascenseurs. De nombreuses personnes claustrophobes craignent également d’être à l’intérieur de tunnels, de grottes ou d’avions. 
Ils décrivent généralement avoir vu des images d’eux être piégés ou incapables de s’échapper de ces endroits et font de grands efforts pour les éviter.

Les causes de la peur des petits espaces clos

La claustrophobie est une phobie sociale courante qui touche près de 4% des personnes dans le monde. Les scientifiques pensent que les raisons suivantes peuvent conduire à cette phobie :

  1. Les personnes présentant une distorsion spatiale sont plus susceptibles de craindre les espaces clos et petits. Ils ont tendance à avoir un sens exagéré de leur espace personnel.
  2. En règle générale, les personnes ayant une tendance plus élevée aux troubles anxieux sont également plus susceptibles d’être claustrophobes.
  3. Ceux qui ont des antécédents de trouble panique ou sujets à des attaques de panique sont plus susceptibles d’avoir peur des petits espaces confinés.
  4. Les expériences passées traumatisantes sont également connues pour jouer un rôle dans le développement de la peur des petits espaces. Par exemple, les enfants qui ont été accidentellement piégés dans des placards ou punis sont plus à risque de développer une claustrophobie.

Ainsi, le développement de cette phobie sociale est complexe mais son traitement se concentre presque toujours sur la réduction de l’anxiété de la victime ou en psychanalyse on va y chercher une cause liée à la mort au fait d’être enterré bloqué sous la terre

Les symptômes de la claustrophobie

L’essence de cette phobie est la peur d’être piégé ou incapable de s’échapper ou celle d’être «enterré vivant». Ainsi, une victime peut ressentir des symptômes physiques et psychologiques.

Symptômes physiques

  • Symptômes respiratoires tels que l’étouffement ou l’incapacité à respirer
  • Hyperventilation
  • Accélération du rythme cardiaque
  • Transpiration
  • Évanouissement
  • Se sentir malade ou nauséeux
  • Tremblement

Symptômes psychologiques

  • Pensées ou images d’être enterré vivant ou piégé
  • Pensées de mort
  • Envie de fuir
  • Incapacité à distinguer ce qui est réel de ce qui est irréel

Traitement de la claustrophobie

Parfois, la simple pensée d’un traitement peut effrayer une personne atteinte de claustrophobie extrême. Le fait qu’une majorité des options de traitement consiste à faire face à ses peurs rend également l’individu plus effrayé ou anxieux. 
Il est important que les amis et les membres de la famille offrent le plus grand soutien et encouragement aux phobiques. 

De nombreux psychothérapeutes sont connus pour encourager leurs amis / membres de la famille à assister aux séances de traitement avec les personnes qui demandent une thérapie.

  • Exposition / thérapie d’exposition – Dans cette méthode, le patient est progressivement initié à ses peurs, dans ce cas, de petits espaces ou des espaces clos, jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’aucun mal n’est survenu malgré la rencontre avec son objet de terreur.
  • Techniques de relaxation – Les patients peuvent faire de la relaxation pour les aider à travailler sur eux et pour in fine surmonter la peur des petits espaces. Par exemple, au lieu de se précipiter pour descendre des ascenseurs, on peut y rester et monter / descendre plusieurs fois pour s’habituer aux sentiments d’anxiété. Progressivement, on peut aussi travailler jusqu’à des peurs plus importantes / plus anxiogènes et apprendre à contrôler son anxiété jusqu’à ce qu’elle disparaisse complètement. La respiration vagale, la visualisation, la méditation et le yoga sont également connus pour aider à contrôler les attaques de panique.
  • Techniques de modélisation – Dans ce type de thérapie, les patients sont encouragés à regarder les gens confronter leurs objets de peur avec confiance et à reproduire ou imiter le comportement.
  • Thérapie cognitivo-comportementale – Cette thérapie est connue pour être efficace dans le traitement de la claustrophobie en aidant l’individu à affronter ses pensées effrayantes et à changer son attitude envers son objet de peur.
  • La TERV la thérapie par exposition par la réalité virtuelle, il s’agit de techniques novatrices qui rencontrent un grand succès sur les sujets souffrant de phobies

Pour ceux qui ne sont pas claustrophobes. La claustrophobie peut sembler extrême ou irrationnelle, mais pour la personne qui en souffre, elle est déstabilisante et a un impact sur sa vie quotidienne. 
Cependant, il faut prendre conscience du fait qu’avec un traitement approprié, il est possible de surmonter complètement sa peur des petits espaces.

Laisser un commentaire