Le syndrome post hallucinatoire persistant : est-ce grave ?

Le syndrome post hallucinatoire persistant : est-ce grave ?

Maladie assez commune chez les adeptes de substances hallucinogènes, le syndrome post hallucinatoire persistant est catégorisé dans la classe des troubles mentaux qui perturbent bon nombre de ses victimes.

Syndrome post hallucinatoire : définitions

C’est un trouble de la perception qui est caractérisé par la présence continue de perturbations visuelles qui sont semblables à celles qui sont produites suite à l’ingestion de substances hallucinogènes.
Ce trouble est défini par les effets qui peuvent parfois apparaître en prenant des drogues hallucinogènes ou d’autres substances qui altèrent la conscience. Toutefois, il est à préciser que le syndrome post hallucinatoire est différent du phénomène de flashback.

Quelles sont les causes du syndrome post hallucinatoire persistant ?

Généralement, les causes du syndrome post hallucinatoire persistant ne sont pas clairement définies. Bien que la consommation des substances hallucinogènes soit remise en question, ce ne sont pas toutes les personnes qui en consomment qui sont atteints du syndrome post hallucinatoire persistant. Ce dernier est plutôt causé par des anomalies dans la fonction du système nerveux central et ne relève d’aucune origine rétinienne.

D’autres scientifiques pensent que le syndrome post hallucinatoire persistant serait lié à un trouble de type stress post-traumatique qui fait resurgir un fait ou un événement important du passé.

D’autres théories parlent d’une maladie qui résulte d’une hypersensibilité aux phénomènes visuels ordinaires qui existent chez tout le monde. À cet effet, le trouble transforme les effets de la perception du monde en détresse.

Et enfin, le syndrome post hallucinatoire serait initialement causé suite à la prise de certains médicaments psychiatriques que le patient supporterait mal.

Quels sont les symptômes du syndrome post hallucinatoire ?

D’abord, le sujet de la maladie présente des flashbacks suite à la prise de la drogue. Ces flashbacks peuvent persister plusieurs jours et changer considérablement les perceptions de la personne. Il peut entre autres voir des changements de formes géométriques, des objets dans la vision périphérique, des flashs colorés, une intensité augmentée de la couleur, des objets en mouvement qui laissent une traînée ou qui donnent un effet stroboscope, des images et des impressions persistantes, des halos ou encore des objets qui ont l’air plus petits ou au contraire plus larges.

Traitements pour le syndrome post hallucinatoire persistant

Actuellement, le traitement contre le symptôme de dépersonnalisation demeure inexistant. Toutefois, une personne atteinte du syndrome post hallucinatoire persistant peut demander de l’aide auprès d’un psychanalyste ou adopter certaines techniques de relaxation de base afin de l’aider à atténuer les symptômes. En parallèle, il faudrait informer le médecin qui serait consulté des médicaments pouvant être pris pour éviter de faire empirer les altérations sensorielles que vit déjà le sujet

 Dans tous les cas, les thérapies qui visent à la gestion des troubles chez le sujet constituent les meilleurs moyens pour pallier ce traumatisme. Les traitements sont concentrés sur la compréhension des désirs inconscients. La psychanalyse essaye de mettre plus à l’aise en exprimant les désirs à haute voix, tout d’abord dans un contexte thérapeutique, puis à l’extérieur dans la vie quotidienne de la personne.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire