Que doit-on savoir sur le syndrome de Stockholm ?

Que doit-on savoir sur le syndrome de Stockholm ?

Le syndrome de Stockholm est née à la suite d’une prise d’otage dans une banque, au cours de laquelle les victimes se sont mises à défendre leurs ravisseurs et à justifier leurs actes. Il désigne un processus d’attachement réciproque entre ravisseurs et otages. Il est possible qu’il y ait la naissance de sentiments affectueux ou amoureux réciproques entre les otages et les ravisseurs. Ces sentiments aideraient les victimes à traverser leur captivité.

Le syndrome de Stockholm, comment ça marche ?

Initialement, le syndrome de Stockholm a été mis en évidence chez des personnes victimes de prises d’otages. Mais le même phénomène est observé avec les victimes qui sont sous l’emprise d’un manipulateur. Il existe plusieurs explications avancées à ce mécanisme en psychanalyse. On peut parler par exemple d’identification à l’agresseur. À cause d’une peur traumatique causée par la violence qui lui est infligée, l’individu disparaît en tant que personne séparée et se met à la place de son harceleur. Ce mécanisme de défense permet de supporter l’insupportable. La personne agressée a peur de mourir ne mourrant pas, elle se sent finalement redevable, reconnaissante envers son agresseur qui lui laisse la vie sauve.

Dans une situation extrême, la personne qui subit de la violence se retrouve dans une grande impuissance et a l’impression qu’elle n’existe plus. Elle sait donc que celui qui l’agresse a le droit de vie ou de mort sur elle et que cette personne pourrait l’aider à redevenir ce qu’elle est. Lorsque sa vie est entre les mains de quelqu’un d’autre, la personne peut développer ainsi le syndrome de Stockholm.

Des précautions à prendre selon des psychanalystes pour éviter le syndrome de Stockholm

La psychanalyse est une méthode de traitement qui se base sur des concepts liés aux processus mentaux inconscients mis au point par Freud. Elle est là pour résoudre différents syndromes qui peuvent affecter l’être humain.

La première précaution à prendre pour éviter le syndrome de Stockholm est de connaître et avoir conscience de l’existence de ce trouble. Ensuite, il ne faut jamais se laisser isoler par un manipulateur. Cela reviendrait à être l’otage lors d’un vol ou d’un braquage. En d’autres termes, il ne faut jamais devenir dépendant financièrement de quelqu’un d’autre. Enfin, il faut toujours essayer d’être le plus fort possible psychologiquement. L’identité, la capacité de raisonnement et de discernement de la personne doivent tenter de rester intactes malgré les situations vécues.

Syndrome de Stockholm : comment s’en sortir ?

Avant tout, une prise de conscience doit être faite par l’individu. Se rendre compte que l’on est sous l’emprise de quelqu’un est déjà un premier pas pour sortir de cet état toxique. Prendre conscience que ce comportement n’est pas acceptable. Ensuite, une fois la prise de conscience faite, il faut agir et en parler à quelqu’un d’extérieur comme un psychothérapeute. Cela permettra d’avoir plusieurs un avis éclairé sur la situation qui est un peu critique. Cette démarche permettra à la personne d’ouvrir les yeux sur la gravité de la situation et de prendre les choses en main.

Enfin, l’objectif ici est de prendre position, c’est-à-dire de poser des limites avec cette personne nocive. Pour cela, un changement radical dans le comportement devra être adopté et il faudra être des plus prudent si une situation pareille se représente.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire