Comment Fonctionne le Principe de Plaisir de Freud ?

Comment Fonctionne le Principe de Plaisir de Freud ?

Le principe du plaisir est un terme utilisé à l’origine par Sigmund Freud pour caractériser la tendance des gens à rechercher le plaisir et à éviter la douleur. Freud a fait valoir que les gens fassent parfois de grands efforts pour éviter même une douleur momentanée, en particulier en période de faiblesse ou de vulnérabilité psychologique.

À propos du principe du plaisir

Dans la théorie psychanalytique de la personnalité de Freud, le principe de plaisir est la force motrice du Ça qui cherche la satisfaction immédiate de tous les besoins, désirs et pulsions. En d’autres termes, le principe du plaisir s’efforce de satisfaire nos pulsions les plus fondamentales et primitives. Notamment la faim, la soif, la colère et le sexe. Lorsque ces besoins ne sont pas satisfaits, il en résulte un état d’anxiété ou de tension.

Parfois appelée principe plaisir-douleur, cette force de motivation aide à orienter le comportement, mais elle veut aussi une satisfaction instantanée. Comme vous pouvez l’imaginer, certains besoins ne peuvent tout simplement pas être satisfaits au moment où nous les ressentons. Si nous satisfaisons tous nos caprices chaque fois que nous ressentons la faim ou la soif, nous risquons de nous comporter d’une manière qui n’est pas appropriée au moment donné.

Examinons de plus près, comment fonctionne le principe du plaisir. Voyons également comment il conduit le comportement et les forces qui l’aident à maintenir en ligne et à se comporter de manière socialement acceptable.

Principe du plaisir : fonctionnement

Rappelez-vous que le Ça est la partie la plus fondamentale et la plus animale de la personnalité. C’est aussi la seule partie de la personnalité que Freud croyait présente dès la naissance. Le Ça est l’une des forces de motivation les plus fortes. C’est également la partie de la personnalité qui a tendance à être enterrée au niveau le plus profond, inconscient. Il se compose de tous nos plus pulsions de base et des désirs.

Pendant la petite enfance, le Ça contrôle la majorité des comportements. Les enfants agissent selon leurs envies de nourriture, d’eau et de diverses formes de plaisir. Le principe du plaisir guide le Ça pour répondre à ces besoins fondamentaux afin d’assurer sa survie. Sigmund Freud a remarqué que les jeunes enfants essaient souvent de satisfaire ces besoins biologiques le plus rapidement possible, sans se demander si le comportement est acceptable ou non.

Cela fonctionne très bien lorsque vous êtes enfant, mais ce qui se passe avec l’âge et nos comportements enfantins deviennent de moins en moins acceptables. Grâce au développement d’une autre partie importante de la personnalité, nous sommes en mesure de contrôler les demandes de l’identité.

Le développement de l’ego

Au fur et à mesure que les enfants grandissent, l’ego se développe pour aider à contrôler les pulsions du Ça. L’ego est concerné par la réalité. Il aide à garantir que les besoins du Ça sont satisfaits, mais de manière acceptable dans le monde réel. Il opère à travers ce que Freud a appelé le principe de réalité. Ce principe de réalité est la force opposée aux pulsions instinctives du principe de plaisir. Au lieu de rechercher une satisfaction immédiate pour les pulsions, le principe de réalité guide l’ego dans la recherche de voies pour satisfaire ces besoins qui sont à la fois réalistes et socialement appropriés.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire