Représentant-Représentation : Un Concept et Terminologie

Représentant-Représentation : Un Concept et Terminologie

S’il y a un concept freudien qui suscite le plus de controverse chez les spécialistes, c’est la  notion de  Représentant-représentation. En effet, la tradition du terme allemand Vorstellungsrepräsentanz suscite des problèmes de terminologie et d’interprétation sémantique dans sa version française. C’est donc un terme et un concept qui nécessite une plus ample explication. C’est ce que nous allons essayer de développer dans le présent article.

La notion de Représentant-représentation 

Pour présenter les notions de Représentant et de représentation Freud utilise le terme de Vorstellung et de Repräsentanz. Sur le plan sémantique, les traducteurs s’accordent. Mais le problème réside dans le choix terminologique pour désigner clairement la notion. Ainsi pour pouvoir l’aborder sans risque, il vaut mieux clairement expliquer le concept.

Le mot allemand Vorstellung désigne la conception mentale d’une chose. En d’autres termes, il désigne la manière dont on se figure quelque chose. Il s’agit donc de l’image (mentale) qui vient (à l’esprit) à propos d’une chose ou encore de la façon dont on conçoit les choses de manière consciente. On peut dire alors que c’est la conscience d’un être ou d’une chose.

Mais dans la conception psychanalytique de Freud, ce terme a un sens plus spécifique, une acception plus étroite.  Ceci relève de la pulsion. Pour lui, ce vocable désigne la chose par laquelle se manifeste la pulsion. C’est en quelque sorte la sublimation de la pulsion.

Certains phénomènes psychiques ne peuvent remonter jusqu’à la conscience que sous l’effet d’une quelconque censure. Ainsi ils seront refoulés mais cherchent quand-même à remonter sous la pression de la pulsion et à refaire surface sous une forme détournée. Cela peut être une forme picturale, sonore ou olfactive. Il peut également prendre la forme du désir : le désir œdipien est un Vorstellung. Ces phénomènes peuvent remonter sous la forme d’un scénario tel que l’on peut voir dans les rêves.

Une remontée inconsciente de phénomène psychique refoulé

Jusqu’à présent, la façon de traduire ce terme freudien est encore sujet à controverse. Bon nombre de traducteurs ont validé le terme de représentation. Il l’on fait sans doute fait par pur conformisme, en suivant la terminologie choisie par les dictionnaires.

Pourtant, le terme utilisé par les dictionnaires représente un phénomène conscient. Contrairement à cela, celui de Freud désigne une activité psychique inconsciente. Car une fois le phénomène psychique originale refoulé, par substitution, il produit de façon détournée une image ou un scénario. Cela, il le fait en quelque sorte à l’insu de la conscience, donc de façon inconsciente. 

La représentation est aussi susceptible de se charger émotionnellement. Cet affect se manifeste  généralement sous forme d’angoisse. Mais il peut également surgir sans substitut, même s’il est le fruit de la pulsion. Et comment désigner ce dernier phénomène ? Quel terme conviendrait le mieux pour désigner une manifestation indépendante de l’image, c’est-à-dire la forme extérieure qu’elle prend?

Pour pallier ce problème, Freud a choisi le terme de Repräsentanz. Ce terme est ainsi choisi car il n’appartient pas au lexique courant. Le choix de ce substantif réside dans le fait que le complément de détermination peut être une chose ou un être humain.

La Repräsentanz, cette sublimation de la pulsion, peut surgir seul. Mais elle peut également avoir un contenu : la représentation. Dans ce cas, elle est appelée Vorstellungsrepräsentanz ou Représentant-représentation.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire