You are currently viewing S’arracher les Cheveux, un Trouble Obsessionnel Compulsif à ne pas Minimiser

S’arracher les Cheveux, un Trouble Obsessionnel Compulsif à ne pas Minimiser

S’arracher les cheveux est un acte anodin, mais révèle un problème psychologique si cela se fait de façon compulsive. Ce trouble se manifeste différemment suivant les sujets. Mais dans tous les cas, la trichotillomanie peut être traitée par divers traitements et approches.

Toc de s’arracher les cheveux, définition

Le TOC est l’abréviation de trouble obsessionnel compulsif. Comme son nom l’indique, le TOC est assorti de pensées indésirables, qui sont récurrentes, caractérisant l’obsession. Par ailleurs, ce trouble se manifeste par des comportements répétitifs et qui ne sont pas ou difficilement maîtrisables.

S’arracher les cheveux caractérise le syndrome de trichotillomanie. Cela consiste à s’épiler tous les poils, cheveux, cils ou encore sourcils. Cette séance d’épilation est un mécanisme de soulagement contre, ou par rapport à une tension extérieure et à une mauvaise gestion des sentiments. Il est rangé parmi les TOC, car le trichotillomane peut en effet recourir à ce comportement de manière compulsive, soit répétée dans le but de se soulager d’une angoisse.

Sur la base des recherches, le toc de s’arracher les cheveux serait déjà présent dès le bas âge. En effet, vers sa deuxième année d’existence, un enfant peut se mutiler de cette façon puis en faire répétition. Le trouble refait un pic vers l’adolescence, et touche plus particulièrement les sujets de sexe féminin. Ces dernières sont en effet sujettes à plus d’émotions. Mais cela n’empêche pas que ce trouble affecte tout autant les adultes.

Les sources de la trichotillomanie et ses manifestations

Le trouble de la trichotillomanie peut être issu de diverses sources subjectives. En effet, cela peut être un héritage psychologique ou encore des réponses à des facteurs extérieurs ou encore des troubles hormonaux, principalement pour les femmes.

Pour qu’il y ait trichotillimanie, le patient doit répondre à trois symptômes bien distincts dont le caractère obsessionnel, l’existence d’une sensation de soulagement et enfin l’absence de tout autre trouble mental pouvant expliquer le comportement compulsif du patient.

Il importe de mentionner que le TOC de s’arracher les cheveux est un trouble très handicapant qui entraîne des difficultés tant au niveau social que professionnel.

On distingue deux types du TOC de trichotillomanie : la trichotillomanie « concentrée sur le geste » et celle dite « automatique ». Les deux types se manifestent en pleine conscience des faits. Toutefois, la première qui est la trichotillomanie automatique n’est pas précédée d’une phase de tension alors que la première l’est.

Traitement et solution pour lutter contre ce toc

La psychothérapie comportementale TTC ou thérapie cognitivo-comportementale est l’une des solutions à la trichotillomanie. Le but de ce traitement est la rééducation du patient face à ses sentiments. En effet, le stress et les facteurs extérieurs seront toujours présents. Étant les causes principales du comportement, ces premiers doivent être gérés. Par des séances d’accompagnement et un traitement médicamenteux en accessoire, l’efficacité de ce traitement est approuvée.

En parallèle à cela, certains praticiens conseillent l’hypnose pour traiter ce toc et y recourent. D’une façon générale, l’hypnose est un moyen efficace de connaître l’origine et la cause de ce comportement.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire