You are currently viewing Qu’est-ce que la Dermatillomanie selon les Psychothérapeutes ?

Qu’est-ce que la Dermatillomanie selon les Psychothérapeutes ?

La dermatillomanie est également connue sous le nom de trouble d’excoriation. Ce trouble obsessionnel compulsif est caractérisé par le besoin répété de se gratter la peau, souvent au point de provoquer des dommages.

Dermatillomanie : définition

La dermatillomanie est un état psychologique qui se manifeste par des grattements de peau répétitifs et compulsifs. C’est un trouble du contrôle des impulsions et l’un des nombreux comportements répétitifs centrés sur le corps. La dermatillomanie touche jusqu’à 1,4 % de la population totale, et environ 75 % des personnes touchées sont des femmes.

Il existe une différence entre la dermatillomanie et la cueillette normale des imperfections et irrégularités de la peau. Le comportement est chronique, entraîne de graves lésions tissulaires et provoque chez l’individu une détresse et un dysfonctionnement marqués.

Dermatillomanie : symptômes

La dermatillomanie consiste à tirer, presser, gratter, piquer et même mordre la peau saine ou endommagée de différentes parties du corps. Les personnes atteintes de ce trouble visent souvent le visage, les mains, les doigts, les bras et les jambes. Elles peuvent utiliser soit leurs doigts, soit un instrument, comme une pince à épiler ou des épingles. Elles peuvent consacrer des heures par jour à leur comportement de cueillette, qui peut durer des mois, voire des années.

La dermatillomanie se traduit souvent par des lésions cutanées visibles et une défiguration due à des lésions, des décolorations, des plaies ouvertes, des cicatrices et des infections. Il s’agit généralement d’une affection chronique, bien que des symptômes puissent apparaître et disparaître de temps à autre.

La dermatillomanie est généralement une affection chronique, bien que des symptômes puissent apparaître et disparaître de temps à autre. Les personnes atteintes de cette maladie peuvent passer des heures à penser à la cueillette et à essayer de résister à l’envie avant de céder. L’anxiété, la dépression, la honte, la peur de l’exposition et la gêne causée par cette maladie conduisent généralement à des tentatives de se couvrir la peau avec du maquillage, des vêtements ou par d’autres moyens.

Dermatillomanie : causes

La dermatillomanie peut avoir une composante génétique, puisque certaines personnes semblent avoir une tendance héréditaire aux BFRB, notamment pour le fait de se curer la peau et de se tirer les cheveux. D’autres facteurs peuvent jouer un rôle dans le développement de cette maladie, tels que le tempérament individuel, le stress et l’âge.

Le comportement chronique de prélèvement de peau coïncide souvent avec le début de la puberté, ainsi qu’avec un problème dermatologique, comme l’acné. La dermatillomanie peut être associée au perfectionnisme, qui conduit à un toilettage excessif. Elle est utilisée comme un moyen d’éviter les événements stressants ou de libérer la tension qui s’accumule à la suite d’émotions négatives.

Dermatillomanie : traitement

On estime que moins d’une personne sur cinq souffrant de dermatillomanie cherche à se faire soigner. Les études psychologiques sur la thérapie cognitivo-comportementale et la thérapie d’acceptation et d’engagement, associées à des interventions d’auto-assistance ont montré qu’elles permettaient de réduire les symptômes de la dermatillomanie.

La thérapie cognitivo-comportementale aide les individus à comprendre comment leurs pensées et leurs comportements sont liés afin de réduire les comportements répétitifs. Les individus apprennent à modifier leurs pensées afin d’éviter de se gratter la peau.

Bien qu’aucun médicament ne soit approuvé comme traitement de première ligne, les personnes atteintes de cette maladie peuvent avoir besoin d’antibiotiques ou d’une intervention chirurgicale pour traiter des infections potentielles.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire