Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
0752070707

Qu’est-ce que l’Anxiété du Sommeil ou Somniphobie ?

par | Mar 2, 2022 | 0 commentaires

La TCC est un traitement sûr et efficace contre la somniphobie

La science du sommeil est infiniment fascinante. C’est un point intéressant où la neurologie, la psychologie et le bien-être se chevauchent. Et le repos est si crucial pour notre santé physique et mentale ! Pourtant, certaines personnes ont peur de s’endormir ou de mourir en s’endormant. Cette phobie est appelée anxiété du sommeil ou somniphobie.

Quelles sont les conséquences de souffrir de somniphobie ?

« J’ai généralement des crises d’anxiété quand je suis sur le point de m’endormir. Au moment où je passe de l’éveil à l’endormissement – alors que je m’endors – j’ai l’impression de mourir… C’est effrayant parce que j’ai le souffle court, je commence à paniquer, je me sens étourdi et désorienté. Je peux sentir mon cœur battre plus vite et j’ai l’impression qu’il sort de ma poitrine. Quand je suis vraiment fatigué, c’est tellement difficile parce que, à chaque fois que je m’endors, mon corps se réveille en sursaut, même si je suis épuisé », explique Laurent, un jeune patient adulte qui a recherché un traitement contre la somniphobie.

« Cela semble si irrationnel, et je m’en rends compte, mais les symptômes physiques sont si réels qu’il m’est très difficile de m’endormir… J’aimerais vraiment recevoir de l’aide pour faire face à cette anxiété et à cette peur irrationnelle que je vais mourir à chaque fois que je m’endors, parce que je suis très fatigué ».

Pour Laurent et les autres personnes aux prises avec la peur et l’anxiété à l’heure du coucher, il existe des options de traitement efficaces. Tout d’abord, nous souhaiterions passer en revue quelques informations de base sur la somniphobie et la façon dont elle est diagnostiquée. Ensuite, nous pourrions discuter du cours de thérapie recommandée.

Qu’est-ce que l’anxiété du sommeil ou somniphobie ?

L’anxiété du sommeil, également connue sous le nom de somniphobie, est un trouble du sommeil qui décrit l’inconfort de dormir seul ou une peur générale de s’endormir. Ceux qui souffrent de cette phobie l’expliquent comme une anxiété extrême qui rend difficile l’endormissement, même lorsqu’ils sont fatigués. Elle est souvent associée à d’autres troubles qui provoquent des expériences de sommeil négatives, notamment la paralysie du sommeil, les cauchemars fréquents, les terreurs nocturnes et les parasomnies.

Existe-t-il des facteurs de risque d’anxiété du sommeil ?

Les facteurs de risque de somniphobie comprennent d’autres troubles du sommeil et des expériences de sommeil négatives, les troubles anxieux, le SSPT et d’autres conditions médicales. Les personnes présentant des antécédents familiaux d’anxiété et de troubles du sommeil sont également plus susceptibles de souffrir de somniphobie. Ce type de phobie est plus fréquent chez les femmes et les enfants.

Quels sont les symptômes de la somniphobie ?

Il existe à la fois des symptômes psychologiques et physiques qui accompagnent la somniphobie. Ceux-ci incluent :

  • Peur et anxiété au coucher
  • Se sentir angoissé et redouter l’approche de l’heure du coucher
  • Choisir de se coucher tard et de s’endormir en retardant volontairement ce moment
  • Pensées cycliques et défilement rapide des pensées 
  • Serrement dans la poitrine
  • Crises de panique
  • Sueurs et frissons
  • Hyperventilation
  • Fréquence cardiaque plus rapide
  • Privation de sommeil et symptômes associés
  • Fatigue et manque d’énergie pendant la journée
  • Nausées ou manque d’appétit.

Quelle est la différence entre la somniphobie et l’insomnie ?

Les deux problèmes sont similaires, mais pas interchangeables. La somniphobie est un trouble anxieux et un sentiment de peur qui empêche les gens de dormir même lorsqu’ils sont fatigués. Les peurs courantes qui alimentent ce problème sont liées à des problèmes de santé, à l’idée de mourir, à l’inquiétude des cauchemars ou des comportements nocturnes.

L’insomnie, quant à elle, est un trouble chronique du sommeil qui empêche les personnes de s’endormir ou de rester endormies. Les insomniaques ont tendance à rester éveillés tard, ou à se réveiller tôt, ne se sentant plus somnolents.

La somniphobie peut-elle être liée à l’insomnie ?

Oui. Tous ceux qui souffrent d’insomnie n’ont pas peur de s’endormir, bien que ceux qui souffrent d’anxiété du sommeil présentent une forme d’insomnie. Dans le même temps, la privation de sommeil causée par l’insomnie peut augmenter le risque de développer un trouble anxieux ou d’aggraver les symptômes.

Comment arrêter l’anxiété du sommeil ?

En règle générale, les mêmes conseils pour améliorer l’hygiène du sommeil s’appliquent également aux personnes souffrant d’anxiété liée au sommeil. Ces recommandations vont du maintien d’une heure de coucher et de réveil tout au long de la semaine à la méditation et à la pleine conscience. Les attentes et les routines qui sont les vôtres concernant le sommeil sont importantes, car la somniphobie est, en partie, un problème psychologique.

C’est pourquoi la thérapie cognitivo-comportementale est un traitement particulièrement efficace contre la somniphobie.

Comment traiter l’anxiété du sommeil avec la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) ?

Il existe différentes options de traitement pour les personnes souffrant de somniphobie ou d’anxiété du sommeil. Ceux-ci incluent la thérapie d’exposition, les techniques de relaxation et les médicaments, tels que les benzodiazépines, les bêtabloquants et les antidépresseurs. 

Cette thérapie clinique vise à changer votre perception du sommeil et à créer une approche plus positive de l’heure du coucher. Il existe différentes méthodes thérapeutiques impliquées dans la TCC, telles que la restriction du sommeil et le contrôle des stimuli. Une partie de la thérapie vise également à traiter l’anxiété et vos peurs spécifiques au sujet du sommeil. Des études ont montré que la TCC est une solution efficace contre l’insomnie, tout en étant sûre et sans drogue.

À quoi ressemble la TCC ?

« Mon thérapeute comportemental m’a appris à surfer sur la vague, au lieu de la combattre. Parce que vous ne pouvez pas arrêter une vague, vous devez apprendre à la suivre. Alors, n’évitez pas la situation, mais apprenez à y faire face lorsqu’elle se présente » a déclaré Laurent après avoir commencé une thérapie cognitivo-comportementale.

« Une façon de combattre la peur est de respirer, ce que j’ai trouvé très utile. La respiration est si simple et, si vous vous ancrez et l’utilisez comme point d’ancrage, cela peut être très utile dans des scénarios difficiles. Au cours de quelques sessions récentes, nous nous sommes concentrés sur les possibilités incroyables du cerveau et sur la façon dont nous pouvons créer des images dans notre tête. Si nous pouvons créer des scènes, nous pouvons également faire en sorte qu’elles soient de nature calme et non anxieuse. Alors, je travaille pour créer des sensations calmes…

Lors de la dernière séance, nous avons passé en revue tout ce que j’ai appris sur ma manière de penser au sommeil et ma façon de respirer. Nous avons parlé de la nécessité d’exploiter mes émotions et d’essayer d’ancrer mon anxiété. Maintenant, je peux honnêtement dire que je dors comme un bébé ! C’est très surprenant. J’étais un peu sceptique au début… mais je peux maintenant très bien dormir la nuit ».

Consultation

Prendre Rendez-vous sur

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

D’autres articles sélectionnés pour vous