Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
0752070707

Hypocondrie – Définition et Traitement

par | Août 16, 2022 | 0 commentaires

L’hypocondrie est une anxiété excessive par rapport à la santé. La personne hypocondriaque peut passer sa vie à s’inquiéter pour des maladies imaginaires. Elle survient chez des personnes au tempérament anxieux. Elle est peu étudiée, car les hypocondriaques sont rarement suivis pour leur trouble, à moins que ce dernier ne devienne trop envahissant ou soit associé à une dépression.

Hypocondrie, ou maladie de l’imaginaire

L’hypocondrie est un état d’anxiété, d’inquiétude excessive à propos de son propre état de santé au point de causer une angoisse chronique et de perturber la vie quotidienne. Les causes de l’hypocondrie sont « multifactorielles ». Elle peut se développer sur une période bien précise de sa vie, à la suite d’une maladie ou d’un décès dans la famille. Il a été évoqué qu’elle puise aussi être liée à des participations génétiques, congénitales, éducatives et sociales.

Les personnes hypocondriaques font face aux situations suivantes :

  • Le besoin de rechercher, de façon constante, des informations relative à la santé.
  • Le besoin d’assurance.
  • L’éviction de tout ce qui parle, témoigne de la santé, tout ce qui touche à ce domaine (éviction des programmes télé relatifs à la santé, refus de consulter le médecin, etc.).
  • Aucune de ces deux stratégies ne permet de faire face à la maladie. Chacune d’entre elles est la conséquence d’un cercle vicieux qui devient de plus en plus grave.

Persuadée d’être gravement malade dès le moindre symptôme suspect, la personne hypocondriaque consulte de nombreux médecins, passe toutes sortes d’examens, mais n’est jamais rassurée. Si les problèmes de santé sont imaginaires, l’angoisse, elle, est bien réelle.

L’hypocondrie se manifeste sous forme de « crises » ou de façon constante. Les moindres signes physiques sont interprétés par l’hypocondriaque comme les symptômes d’une maladie grave, potentiellement mortelle. Souvent, la peur d’être malade génère elle-même certaines réactions physiques (sensations d’étouffement, vertiges, cœur qui cogne dans la poitrine…). Cet emballement peut aller jusqu’à la crise d’angoisse aiguë ou à l’attaque de panique.

L’hypocondrie est une peur d’anticipation, à propos d’une situation imaginaire. La personne hypocondriaque ne craint pas de contracter une maladie : elle est persuadée d’être déjà malade. Elle s’inquiète des suites de sa pathologie, invente des scénarios catastrophes et rumine beaucoup.

Le traitement de l’hypocondrie

Toute personne peut se sentir concernée par l’hypocondrie. Néanmoins, les personnes plus sensibles à la dépression, à l’état anxieux et au stress présentent un risque accru de la développer.

Il existe ainsi trois formes d’hypocondrie.

  • La forme névrotique, le malade est conscient de sa maladie. Il présente généralement une asthénie, des angoisses à propos de telle ou telle affection.
  • La forme démentielle qui se caractérise par une détérioration de l’individu avec sénilité et ralentissement psychomoteur.
  • La forme psychotique, c’est une conviction inébranlable prenant la forme d’une idée délirante. Le sujet n’a pas conscience du trouble.

Le traitement de l’hypocondrie repose essentiellement sur un abord psychothérapique. Les psychothérapies de soutien cognitives et comportementales sont particulièrement recommandées. La recherche de la source à l’origine de l’état hypocondriaque est incontournable dans l’atténuation et la guérison des symptômes.

Consultation

Prendre Rendez-vous sur

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

D’autres articles sélectionnés pour vous