Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
0752070707

Le Gaslighting : Une Manipulation Mentale Passée sous Silence ?

par | Oct 21, 2022 | 0 commentaires

Le gaslighting est une forme de manipulation mentale, un détournement cognitif ou tout simplement un abus commis envers une personne pour la faire douter d’elle-même. Ce phénomène doit son nom à la pièce de théâtre Gas light de 1938 et son adaptation cinématographique en a fait sa réputation. Brièvement, cette pièce parle d’un homme qui fait douter sa femme d’événements réels, alors que ce dernier est lancé dans une quête au trésor mystérieux.

Le terme gaslighting s’est popularisé vers 1956, lorsqu’il est utilisé pour décrire les vices employés pour manipuler la perception de la vérité d’autrui. Les personnes victimes ignorent souvent qu’elles sont sous l’effet de cette manipulation et ont tendance à penser qu’elles sont à l’origine du problème.

Bien que cette expression soit encore méconnue, le phénomène, lui, est de plus en plus rapporté par les victimes. La plupart du temps, il est constaté dans le milieu du travail, où un archétype est souvent dessiné. Dans le milieu du travail, le gaslighter est souvent un/une supérieur hiérarchique. Ce dernier s’immisce de plus en plus dans la vie active de sa victime, même en dehors des heures de travail.

La plupart du temps, il s’agit d’un supérieur hiérarchique qui donne des consignes ou procède à un changement de planning, mais qui à la moindre occasion nie toute responsabilité, ou accuse sa victime de mal interpréter ce qui a été dit. Ce dernier n’hésitera pas à utiliser les autres comme arme, en persuadant la victime qu’elle est la source de plaintes des autres collègues, ou d’un déséquilibre au sein de l’équipe.

Devant toute cette distorsion de la réalité, la personne concernée commence à douter de ses actes, de sa perception, et de ses capacités. Sans s’en rendre compte, la personne gaslightée sera dans une recherche perpétuelle de l’approbation de son supérieur ou de ses collègues. Malheureusement, cet état affecte la productivité de la victime, qui finit souvent par faire un burn-out.

Pour l’écrivaine Christel Petitcollin, les gaslighters sont des « passifs-agressifs », pleins de colère, qui avancent masqués par le biais de petites agressions avec plus ou moins de finesse. D’ailleurs, il arrive qu’ils complimentent leurs victimes entre leurs assauts de critiques, pour leur faire croire qu’il en est de leur intérêt.

Johanna Rosenblum, Psychothérapeute, explique que cet assujettissement mental se répercute aussi sur l’état physique du sujet. Allant du trouble du sommeil à différents maux tels que le mal de tête, les boules au ventre, une tachycardie, des palpitations, etc. La victime se sent plus souvent isolée, ce qui est souvent le but du persécuteur qui se dédouane de toute responsabilité. En proie aux doutes, la manipulée n’ose pas exprimer sa pensée à son entourage par peur d’être encore jugée, s’enferme dans un cercle vicieux qui peut parfois avoir un dénouement dramatique.

Cependant, cette pratique n’est pas seulement observée dans le milieu professionnel. Au sein d’un foyer, le même procédé est remarqué lors des abus en tout genre (abus conjugal, abus parental, etc.). C’est malheureusement le même schéma dans certains cas de pédophilie ou d’abus sexuels, où la victime se sent envahie par la honte et pense être la source du problème. L’auteur de l’abus sexuel dépeint sa proie d’aguicheuse, tandis que dans certains cas de pédophilie, le prédateur fait croire à l’enfant qu’il ne s’est rien passé ou qu’il s’imagine des choses. Ses deux thèses sont souvent appuyées par l’entourage de la victime, qui éprouve du mal à concevoir l’acte de par son caractère odieux.

Comment savoir qu’on est victime de gaslighting ?

De prime abord, il est difficile de savoir qu’on est victime de gaslighting. Le manipulateur agit d’une manière lente et progressive. D’ailleurs, il est souvent commun que votre bourreau soit de bonne compagnie au début de votre relation. C’est pour cela que quand arrivent les premières remarques la victime le prend de manière positive en essayant de s’améliorer. Cette dernière finit par accepter des services ou des demandes inappropriées et toute remarque sera niée ou jugée infondée par l’agresseur passif.

Le rapport de domination s’installe, et la victime devient passive à toute attaque de son prédateur. La productivité chute, l’humeur est au plus bas, et le manipulé s’isole sans trouver une porte de sortie. La prise de conscience arrive souvent durant la période d’isolement, quand la victime remet en cause son intérêt pour le travail ou le train de vie qu’il mène. Dans le meilleur des cas, la victime coupe toute relation avec son manipulateur. Dans certains cas, c’est la prise de parole d’une autre victime qui libère la voie pour les autres.

Quelques phrases souvent entendues chez un Gaslighter

  • Tu te fais des idées
  • Tu es trop susceptible
  • Tu confonds tout
  • Tu n’as rien compris
  • Tu es faible

Le gaslighter déforme la vérité à son avantage et ne reconnaît jamais être la source du problème. Il est souvent associé au caractère d’un pervers narcissique.

Consultation à distance

En savoir plus

Consultation

Prendre Rendez-vous sur

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

D’autres articles sélectionnés pour vous