You are currently viewing Pourquoi est-ce que le regard des autres m’angoisse tant ?

Pourquoi est-ce que le regard des autres m’angoisse tant ?

La phobie sociale est la peur intense d’être soumis au regard des autres. Le fait de s’exposer au jugement d’autrui crée pour l’individu souffrant de phobie sociale une anxiété importante, nourrie par la crainte d’agir de façon humiliante ou embarrassante. D’une façon générale, la timidité passe alors à un état phobique, et devient un handicap social majeur.

Comment fonctionne la phobie sociale ?

L’individu phobique, se sentant vulnérable au regard des autres, va hésiter à faire valoir son point de vue, qu’il s’agisse de sa vie familiale, sociale ou professionnelle, et n’osera pas aller au-devant de l’autre. Il n’apprécie pas d’être le centre d’intérêt et surtout, il est terrifié à l’idée de dire ou de faire quelque chose qui pourrait amener les autres à avoir un jugement négatif à son encontre. Si un évènement malheureux ou négatif lui est arrivé, il a peur de le répéter et de le revivre, du fait du traumatisme subi antérieurement.

Les sources de la phobie sociale peuvent être multiples, mais les plus courantes font suite à l’éducation (enfance surprotégée) et à l’environnement (peu d’interaction avec l’environnement extérieur). La phobie sociale est donc gênante car elle révèle la peur de l’autre et peut entraîner une incapacité à vivre, sortir, et communiquer. Parfois, la phobie sociale se déclenche sans que la cause ne soit apparente. Il faudra donc aller en profondeur pour comprendre ce qui a pu la déclencher.

Ainsi, afin d’éviter ces situations qui peuvent provoquer des malaises, l’individu phobique s’isole de quelques personnes, ou même parfois de tout contact avec la foule.

 Comment peut-on savoir si l’on souffre de phobie sociale ?

L’individu confronté aux regards des autres cherche toujours à se cacher. Il est dans l’incapacité de s’exprimer, et nourrit une faible estime de soi. Des symptômes purement physiques peuvent se manifester tels que des tremblements, une accélération du rythme cardiaque, des rougissements, une sensation d’étouffement ou encore un sentiment de vertige ; même si ces signes sont physiques, ils résultent de l’angoisse. Des ressentis psychologiques négatifs peuvent également se manifester : avoir des pensées toujours négatives, avoir peur de prendre la parole en public, peur d’accomplir tel ou tel acte en public comme manger ou boire, peur de rougir, peur des situations de performance (examens, tests…), peur de participer à des réunions, peur d’être taquiné. Fréquenter des personnes qui ne lui sont pas familières n’est donc pas toujours facile. Ce sentiment de malaise social peut constituer un handicap dans la vie de la personne qui en souffre, tant sur le plan sentimental que sur le plan professionnel. Le fait de ne pas être habitué à la foule peut constituer en effet un réel blocage. Des difficultés à approcher quelqu’un, à discuter avec autrui, à interagir avec d’autres individus sont ainsi constatées.

Comment peut-on y remédier ?

Les manifestations de la phobie sociale peuvent être très différentes d’un individu à l’autre. Aussi, le traitement diffère : par exemple, prenons le cas d’un artiste pour qui le trac apparaît et disparaît pendant sa représentation. Il lui suffira de se maîtriser. Certaines personnalités qui ont fait des milliers d’heures de musique en public, de cinéma, de représentations peuvent continuer à avoir un peu d’appréhension ; tout le monde peut avoir peur lors d’un examen oral ou d’un entretien d’embauche, c’est tout à fait normal car la personne en situation se retrouve angoissée parce qu’elle met en jeu, au moment d’agir, une partie de son avenir. Mais cela ne veut pas dire qu’il ne réussira pas à franchir avec succès cette épreuve ; il s’agit alors de réagir en se disant : « j’y arriverai, j’ai seulement un moment de stress ». L’individu phobique est tout à fait capable de s’adapter, le premier pas sera le plus difficile ensuite, la répétition de l’évènement pourra se faire sans problème. Il faut donc parvenir à franchir ce premier pas. D’autres personnes ont tendance à fuir ou à éviter les situations angoissantes.

Vous pouvez parler de vos peurs à vos proches pour vous permettre d’avoir leurs points de vue. Cependant, ne parlez qu’à des personnes en qui vous avez une totale confiance.

Les peurs liées à la phobie sociale sont excessivement handicapantes. Elles peuvent générer de véritables symptômes physiques comme nous les avons décrits et vous empêcher de vivre normalement. Si c’est le cas, il est nécessaire de demander de l’aide à un professionnel, dans le but d’obtenir un traitement psychologique adéquat. Les psychanalystes ont une grande expérience de ce type de troubles, et les TCC (Thérapies Comportementales et Cognitives) avec ou sans la réalité virtuelle peuvent se montrer extrêmement efficaces pour se débarrasser de cette phobie.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire