You are currently viewing L’hypnose dans le cadre du trouble anxieux généralisé (Tag)

L’hypnose dans le cadre du trouble anxieux généralisé (Tag)

Les personnes atteintes de troubles anxieux généralisés subissent une véritable torture psychologique qui peut altérer leur vie au quotidien. Un état dépressif aigu, ainsi qu’un état de fatigue chronique en sont les conséquences directes. Les troubles anxieux généralisés ou TAG sont en effet difficilement contrôlables et peuvent se manifester à tout moment. Ce trouble atteint plus souvent les femmes que les hommes, entre 35 et 40 ans, mais toutes les tranches d’âge peuvent néanmoins être concernées.

Qu’est-ce que les troubles anxieux généralisés ?

Ce trouble était auparavant assimilé à une névrose d’angoisse. Ce n’est qu’au fil du temps que cette maladie a été diagnostiquée comme un trouble psychique à part entière. Cette maladie psychologique met le patient dans un état de malaise et de stress continu, le contraignant à envisager le pire en toute circonstance. Dans le milieu médical, on le décrit comme un état d’anxiété quasi permanent et exagéré, qui peut survenir même sans élément déclencheur. Les conséquences de cet état de dépression constant dégradent la santé mentale et impliquent des crises d’angoisse ou de panique importantes, qui fragilisent davantage le patient. Il faut toutefois noter que cet état doit persister pendant une durée d’au moins six mois pour être classé parmi les TAG. Actuellement, ce mal-être se traite médicalement par des méthodes classiques, des prescriptions médicamenteuses ainsi que des nouvelles thérapies comme l’hypnose, qui n’ont plus à faire leurs preuves, quoiqu’elles ne soient pas dites conventionnelles.

Objectif de l’hypnose sur les troubles anxieux

L’hypnose est actuellement reconnue comme une pratique à part entière de la médecine. Cette technique thérapeutique autrefois controversée a aujourd’hui fait ses preuves dans la guérison de nombreuses maladies. La thérapie par l’hypnose intervient actuellement à titre principal ou en association, pour atténuer ou éradiquer ce type de trouble. Elle est néanmoins souvent mobilisée à titre secondaire en complément de psychotropes du type benzodiazépines, Buspirone, et autres antidépresseurs. L’objectif de la thérapie est d’apprendre au patient, par  l’intermédiaire de séances régulières, à contrôler ses pensées et les reconditionner par rapport à la réalité ; par exemple, il mettra l’accent sur le fait qu’aucun malheur grave ne va lui arriver lorsqu’il sort de chez lui. Ce traitement peut s’étendre dans la durée sur plusieurs mois, voire plusieurs années selon l’état du patient.

Méthode de l’hypnose

L’hypnose est indiquée en tant que thérapie palliative et non-curative dans le cadre des TAG. Elle consistera principalement en des séances de relaxation afin que le patient reprenne l’ascendant sur ses émotions. L’objectif premier vise à maîtriser l’élément phobogène.

L’hypnothérapeute ainsi suggèrera au patient qu’il est en sécurité, de façon à lui permettre de se débarrasser du danger irréel et contraignant dont il a l’idée, ou intégrer l’évènement anxiogène dans un cadre qui lui inspire confiance. À travers ces séances, le thérapeute sera ainsi un guide qui orientera les pensées du patient vers un lieu sûr, pour que son anxiété diminue. Le patient, par la suite, disposera de la faculté de s’auto hypnotiser dès qu’il sentira les signes de l’anxiété se manifester. Grâce à l’hypnose, le patient sera en mesure d’anticiper les situations qui l’angoissent, et y faire face de manière raisonnée.

Résultats de l’hypnose sur les TAG

Au fil des séances d’hypnose, le malade pourra progressivement se retrouver, d’un point de vue psychologique. L’hypnose donne des résultats très positifs, à condition qu’un lien soit créé entre le thérapeute et le patient. Ainsi, la personne anxieuse parviendra à gagner en autonomie, et saura distinguer les vraies situations de danger. Elle retrouvera ainsi une certaine paix intérieure, une confiance en elle-même et une sécurité au quotidien ; par l’hypnose thérapeutique, elle saura envisager ce qui l’entoure selon une perspective nouvelle, afin de dépasser ses états d’angoisse. La personne améliorera son état psychologique, et, retrouvant l’estime de soi, sera en mesure de mener une vie normale, tant sur le plan personnel que professionnel.

L’hypnose toutefois n’est pas indiquée pour tout le monde dans le cadre de ces troubles. Elle est effectivement à éviter si le patient souffre d’une pathologie psychiatrique dissociative ; les patients psychotiques nécessitent en effet un traitement hypnotique particulier, dont la pratique est réservée aux psychiatres spécialisés. En cas de doute, il est recommandé de l’éviter.

Par ailleurs, si le patient n’est pas vraiment réceptif, l’hypnose ne lui sera d’aucun secours. Il s’agira donc pour le thérapeute d’instaurer une relation de confiance avec lui, de façon à ce qu’il soit apte à être accompagné, ou alors il pourra recourir à des techniques permissives.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire