Dépression saisonnière ou neurasthénie : comment faire la différence ?

Home - Non classé - Dépression saisonnière ou neurasthénie : comment faire la différence ?

Dépression saisonnière ou neurasthénie : comment faire la différence ?

À un moment ou à un autre de notre vie, nous sommes tous sujets à une dépression légère. Cela peut être cause de la fatigue ou du stress, voire simplement de la saison. C’est notamment ce que l’on appelle la dépression saisonnière. Mais attention, si votre état de baisse de forme persiste, ce n’est plus une chose à prendre à la légère. Cette pathologie s’appelle la neurasthénie.

Neurasthénie : définition ?

C’est en 1869 que le terme neurasthénie est apparu pour la première fois dans le langage médical. Le syndrome a été découvert par le George Miller Beard. Il s’agit d’un état dépressif chronique catégorisé dans la classe des pathologies CIM-10.

Par définition, il s’agit d’un état mélancolique persistant qui peut toucher à la fois les adultes et les enfants. Le terme reste encore assez méconnu du commun des mortels. Il n’en demeure pas moins que plusieurs cas de neurasthénie ont été détectés en France depuis ces dernières années.

Les symptômes de la neurasthénie

Les spécialistes définissent la neurasthénie comme étant « un syndrome de fatigue chronique ». Les symptômes varient d’un patient à un autre, dans la mesure où il s’agit d’un problème mental et psychologique. Néanmoins, vous en êtes victimes quand la fatigue est anormalement longue et impossible à vaincre, et que vous ne trouvez pas de cause évidente à cette situation.

Outre d’être inconfortable, la neurasthénie peut provoquer du stress. L’anxiété, accompagnée d’une somnolence et d’une envie irrépressible de dormir tout le temps sont des signes qui ne trompent pas.

Neurasthénie : quand s’inquiéter ?

Vous dépassez le stade d’une dépression légère quand vous ressentez une fatigue chronique et importante. Vous avez beau vous reposer ? Dormir ? Prendre du calcium ? Mais rien n’y fait ! Depuis des mois, vous avez une baisse d’énergie inexpliquée. Le moindre mouvement vous demande un effort surhumain ? Vous êtes aussi bien fatigué physiquement que moralement et intellectuellement ? Vous avez du mal à finir vos projets ? Vous avez en plus quelques maux de tête et des douleurs physiques que vous ne vous expliquez pas ? Vous pouvez être victime de neurasthénie.

Bien évidemment, tous ceux qui présentent ces symptômes ne sont pas automatiquement diagnostiqués neurasthéniques. Il faudra l’avis d’un psychanalyste pour être sûr.

Comment soigner la neurasthénie ?

La neurasthénie se soigne facilement. Il s’agit d’une maladie psychologique. Aussi, un accompagnement par un psychanalyste est la meilleure solution pour en venir à bout. Les consultations se déroulent normalement. Vous devez discuter de vos sentiments, de vos traumas et notamment du début de votre fatigue chronique ce qui conduit à la cause de votre trouble psychologique. Savoir affronter son stress, ses sentiments et l’anxiété via des techniques de respiration et grâce aux différentes discussions : c’est le traitement proposé par les psychanalystes.

Les traitements par médicaments ne sont pas nécessaires dans le cas de neurasthénie. Ils ne font que provoquer un état de dépendance. Ce qui peut venir compliquer davantage la prise en charge.

Share: