You are currently viewing L’accompagnement d’une personne anxieuse
L'accompagnement d'une personne anxieuse

L’accompagnement d’une personne anxieuse

En période de crise, les populations subissent le contrecoup psychologique, en développant, pour certains, des phobies et de l’anxiété. Elle gagne facilement du terrain, c’est pourquoi un accompagnement adapté pour chaque personne est nécessaire.

Une personne anxieuse au quotidien

L’état émotionnel d’une personne atteinte d’une anxiété aigüe est difficile pour celui qui en souffre comme pour les personnes de son entourage. C’est pour cette raison qu’il est conseillé de faire attention à la relation que l’on entretient avec la personne anxieuse. Le premier élément pouvant créer une tension chez une personne fragile est l’évolution de son environnement direct et indirect : c’est-à-dire, le comportement des personnes qu’elle côtoie au quotidien et à l’extérieur de son cocon. Il n’est pas toujours facile de vivre avec une personne victime de ces craintes. L’anxiété est un ensemble d’émotions qui provoque des réactions physiques qui peuvent être une forte transpiration, une accélération du rythme cardiaque et bien d’autres. Ces manifestations somatiques sont dans un premier temps difficiles à gérer. 

Comment accompagner une personne souffrant d’anxiété ?

L’anxiété est une sensation émotionnelle et physique qui empêche de penser clairement. Elle empêche une prise de décision rationnelle dans des moments d’angoisse. Pour accompagner une personne souffrant d’anxiété, il faut comprendre que la guérison de cette personne dépend grandement de son entourage et de la thérapie qu’elle choisira. 

Il faut faire preuve d’un soutien inconditionnel. Car l’évitement et la fuite sont les principales réponses que vous aurez d’une personne anxieuse. C’est pour cette raison qu’un soutien est important pour la reconstruction de la confiance en soi. Ce processus rentre clairement dans la méthode à adopter face à ce type de cas, il ne faut pas juger la personne. Cela aurait pour effet, le plus souvent, de faire rentrer la personne dans sa coquille. Ce qui limite grandement les possibilités pour entrer en communication avec la personne en souffrance. Le maitre-mot pour faciliter une relation avec une personne anxieuse est de normaliser cette situation au quotidien. Le seul but reste la guérison du patient, mais à vouloir des résultats rapides, cela peut briser la confiance que vous aurez gagnée avec le temps. Les personnes souffrant d’anxiété chronique n’ont pas toujours le recul par rapport aux informations qu’elles absorbent. Vous avez toujours la possibilité de solliciter l’aide d’un professionnel. Celui-ci va poser un diagnostic pour trouver la thérapie la plus adaptée à une guérison.

L’approche de la psychothérapie pour l’anxiété

Pour trouver le chemin de la guérison pour une personne souffrant d’anxiété, la psychothérapie est une méthode qui rencontre un franc succès. L’anxiété est considérée comme une peur perpétuelle lors d’un changement d’environnement. Les approches possibles sont la psychanalyse et les thérapies comportementales et cognitives.

L’approche par la psychanalyse théorisée par Freud indique un processus qui consiste à plonger le patient dans son inconscient. En somme, il s’agira pour le thérapeute de se lancer dans une véritable investigation psychique. Le but est de confronter le patient souffrant d’anxiété chronique à son fonctionnement. Le thérapeute l’accompagne dans ce cheminement, l’objectif est de faire en sorte que le conscient et l’inconscient du patient reconstruisent ensemble l’équilibre psychique. Cet équilibre est la base de sa personne. C’est un processus qui peut prendre plusieurs mois pour retrouver une autonomie psychique. Le nombre de séances dépend du patient et du thérapeute, l’organisation des séances également. C’est un véritable lien de confiance qui s’établit avec le patient.

L’approche par la thérapie comportementale et cognitive est d’agir sur les interactions entre les pensées, émotions et comportements. La thérapie comportementale et cognitive (TCC) se concentre sur les problèmes pratiques. L’objectif ici est de comprendre le processus de pensées négatives qui habite le patient. Par exemple, pourquoi le patient accepte-t-il son handicap émotionnel ? Un autre exemple concerne aussi la phobie qui contrôle la vie du patient. Le thérapeute s’efforcera de renforcer l’aide à la mise en place de comportements adaptés. Ces schémas cognitifs sont étudiés pour que le patient ait une meilleure approche par rapport à son anxiété.

Pour conclure, les différents événements qui se produisent dans le monde sont des sources de stress et d’anxiété pour de nombreuses personnes. L’anxiété est un mal connu qui peut être rapidement traité. 

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire