Ce qu’il faut savoir sur les attaques de panique

Ce qu’il faut savoir sur les attaques de panique

Une crise de panique se produit en raison d’une anxiété accrue. N’importe qui peut avoir une crise de panique, mais c’est aussi un symptôme caractéristique du trouble panique.
Cela peut entraîner un rythme cardiaque rapide, une respiration rapide, de la transpiration, des tremblements et d’autres symptômes.

Chez les personnes qui n’ont pas de trouble anxieux , une crise de panique peut survenir si un événement déclenche de l’anxiété.
Une attaque de panique et un trouble panique qui peut toucher n’importe qui de n’importe quelle origine ethnique, mais ils sont plus courants chez les femmes que chez les hommes.

Symptômes

La panique peut entraîner des étourdissements.
Une attaque de panique découle souvent d’un déclencheur direct ou d’un incident, mais elle peut également commencer soudainement et de manière aléatoire sans cause évidente.

On pense qu’elles proviennent d’une réponse évolutive au danger.

Une crise de panique serait l’une des expériences les plus effrayantes, bouleversantes et inconfortables de la vie d’une personne.

De études notent qu’une attaque peut ne durer que 15 secondes , mais que les symptômes peuvent persister pendant environ 30 minutes ou plus, et parfois pendant des heures.


Selon diverses études, une attaque de panique implique au moins quatre des symptômes suivants :


• Douleur et gêne thoraciques
• Frissons ou sensation inhabituellement de chaleur
• Déréalisation ou sentiment de détachement
• Étourdissements et sensation de tête légère
• Vivre une forte et soudaine peur de mourir
• Peur de perdre le contrôle ou de se sentir comme si une personne «devenant folle»
• Sentiments d’étouffement
• Palpitations cardiaques, rythme cardiaque irrégulier ou rythme cardiaque accélerer
• Nausées et maux d’estomac
• Engourdissement ou fourmillement
• Tremblements
• Transpiration
• Difficulté à respirer, sensation d’étouffement


Les attaques de panique peuvent également être associées à l’ agoraphobie , une peur des endroits dont l’individu considère dangereux ou desquelles il serait difficiles de s’échapper. Les personnes qui ont connu une crise de panique disent souvent après qu’elles se sont senties prises au piège.


Parfois, les symptômes associés à une crise de panique peuvent refléter d’autres conditions médicales. Des exemples de ces troubles comprennent les troubles pulmonaires, les maladies cardiaques ou les problèmes thyroïdiens. Il faut donc dans un premier temps faire des analyses pour éviter les causes physiologiques, en l’absence de causes et de maladies chroniques.


Parfois, une personne peut consulter un psy en urgence ou un médecin dans l’inquiétude d’avoir une crise cardiaque , mais l’anxiété en est la véritable cause. Les attaques de panique sont hautement traitables et ne signifient pas qu’une personne est hypocondriaque ou malade psychiquement.

Qu’est-ce que le trouble panique ?

Le trouble panique est une condition médicale sous-jacente et les crises de panique sont des symptômes. Selon les statistiques faites par les US, environ 6 millions d’Américains souffrent d’un trouble panique.
Les femmes sont les plus susceptibles de souffrir de la maladie et cela survient le plus souvent lorsqu’une personne au début de l’âge adulte, entre18 à 25 ans .

Le TAG (trouble anxieux généralisé) survient lorsqu’une personne a subi plusieurs crises de panique et vit également dans la peur d’avoir une autre crise de panique. Alors que tout le monde peut potentiellement faire, l’objet d’une crise de panique au cours de sa vie. Ceux qui souffrent d’un trouble panique connaissent des crises récurrentes d’angoisse qui elles ne sont pas des crises cardiaques, il s’agit de parler du ressenti de celui qui en souffre.
La peur de subir une nouvelle attaque de panique peut les amener à se mettre en retrait de leurs amis ou de leur famille. Ils peuvent craindre d’aller à l’extérieur ou dans des lieux publics. Un trouble panique peut gravement affecter la qualité de vie d’une personne et doit être traité.

Les causes

Les experts disent que l’anxiété et la panique, dans une certaine mesure, font partie intégrante de notre survie. Cependant, lorsque les niveaux deviennent réellement très élevés ils sapent les processus naturels de pensée, une personne devient naturellement effrayée.
Lorsque le cerveau reçoit une vague de signaux nerveux destinés à avertir d’un danger imminent, l’amygdale, une partie du cerveau, est activée.

L’amygdale contrôle la réponse anxieuse d’une personne.
L’amygdale de certaines personnes réagit avec anxiété lorsqu’il n’y a pas de danger imminent, ce qui rend beaucoup plus probable qu’elles ressentent une forte anxiété et des attaques de panique.
Lorsqu’une personne reçoit le signal de réagir avec anxiété, elle produit de l’adrénaline, également appelée épinéphrine.
L’adrénaline est libérée par les glandes surrénales. On parle d’adrénaline l’hormone «peur ou fuite». Une libération d’adrénaline dans le système peut faire augmenter le rythme cardiaque, provoquer de la transpiration, provoquer un sensation de respiration irrégulière. Ce sont toutes les caractéristiques d’une attaque de panique.

S’il n’y a pas de danger imminent et que le système est chargé d’adrénaline, cette hormone ne sera pas utilisée pour s’enfuir. L’accumulation d’angoisse peut provoquer des attaques de panique.
Un certain nombre de facteurs de risque peuvent augmenter la probabilité qu’une personne ait des crises de panique et un trouble panique.
La génétique peut jouer un rôle . Si une personne a un membre de sa famille proche, comme un parent ou un frère ou une sœur, souffrant de trouble panique, elle peut être plus susceptible d’avoir également des crises de panique.

En plus des antécédents familiaux, l’expérience d’un stress majeur ou d’un changement de vie peut déclencher une anxiété accrue et des crises de panique.
Les exemples incluent la perte récente d’un être cher ou la séparation du conjoint. Les antécédents de violence physique ou sexuelle peuvent également augmenter la probabilité pour une personne de souffrir d’un trouble panique.

Des habitudes telles que fumer ou boire des quantités excessives de caféine sont également des facteurs de risque associés au trouble panique.

Consommation de drogues ?

Les attaques de panique peuvent également survenir parallèlement à des conditions telles que le trouble anxieux généralisé (TAG), le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) et le stress post-traumatique (SPT).
Parfois, cependant, il ne semble pas y avoir d’incident particulier ou d’antécédents familiaux pour déclencher une attaque. Elles peuvent survenir sans avertissement. N’hésitez pas à consulter un psy

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire