Comment arrêter de fumer ?

Comment arrêter de fumer ?

Le tabagisme est un fléau mondial, qui concerne 12 millions de personnes en France, et cause 200 décès par jour. Le moins de Novembre est le mois sans tabac ; abordons quelques-unes des méthodes parmi les nombreuses qui existent pour arrêter de fumer !

Les thérapies cognitives et comportementales.

Les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) sont largement utilisées pour soigner les phobies, les troubles anxieux, mais aussi dans la lutte contre le tabagisme. La thérapie TCC permet dans un premier temps au fumeur de chasser ses idées négatives (“je n’arriverai pas à arrêter”, “c’est trop tard pour arrêter”, etc.) et de renforcer sa volonté de devenir abstinent. Elle lui permet également d’identifier les déclencheurs (stress, tristesse, etc.) et d’apprendre à les maîtriser en modifiant ses réactions lorsqu’il y est confronté. Enfin, la TCC enseigne au fumeur des méthodes et des techniques qui lui permettent de contrôler son envie de fumer.

La thérapie cognitive et comportementale a prouvé son efficacité, et compte parmi les meilleures méthodes pour arrêter le tabac.

La prise de médicaments.

La prise de médicaments est également une méthode utile pour arrêter de fumer. Son but principal est de réduire l’envie et le plaisir lié à la cigarette, ainsi que de faire face aux symptômes de sevrage. Nous retrouvons peu de médicaments dans le traitement anti-tabac, les plus connus étant :

  • Champix

Également appelé Varénicline, ce médicament permet de réduire le plaisir procuré par la nicotine et donc de dissocier la sensation de bien-être avec le tabac.

  • Zyban

Également appelé Bupropion, c’est un médicament qui stimule la création de la dopamine, molécule du bonheur. Il permet ainsi de réduire les effets secondaires liés à l’arrêt du tabac.

Ces médicaments sont puissants et ne peuvent être pris que sur prescription médicale. D’ailleurs, ils ne sont généralement prescrits qu’aux fumeurs dont la dépendance est sévère, en raison des effets secondaires sérieux qu’ils présentent (vertiges, troubles nerveux, troubles digestifs, troubles visuels…).

La méthode Cold Turkey : arrêter de fumer soi-même.

Arrêter de fumer de sa propre initiative, sans aide extérieure ni substitut n’est pas facile. C’est pourtant ce que font la plupart des fumeurs ; seulement 2 % d’entre eux cependant réussissent à maintenir cet arrêt pendant plus d’un an. Pour un arrêt durable, un accompagnement est conseillé. Avec l’aide d’un tabacologue, 25% des personnes ayant entamé une démarche de sevrage n’auraient pas rechuté avant au moins un an. En association à une psychothérapie menée par un professionnel formé aux thérapies cognitivo-comportementales (TCC), ce taux de réussite s’élève à 40% ! Sachez également que plus vous essayez, plus vous avez de chances d’arriver à vos objectifs.

Les substituts nicotiniques.

Les substituts nicotiniques existent sous différentes formes : patch anti-tabac, chewing-gum, pastilles à sucer, comprimés sublinguaux, inhalateurs, etc. Leur point commun est qu’ils permettent de consommer de la nicotine sans fumer. Il ne s’agit donc pas vraiment d’une solution pour se sevrer de l’addiction à la cigarette, mais seulement pour abandonner la cigarette. Il vaut donc mieux combiner cette méthode à une autre, qui se centrera davantage sur l’addiction à la nicotine, comme la TCC.

Des méthodes alternatives.

Il existe plusieurs autres méthodes de traitement contre le tabagisme, dont l’efficacité est moins avérée scientifiquement mais qui ont pu être appréciées par certains fumeurs durant leur sevrage. On peut citer la lasérothérapie, l’acupuncture, l’auriculothérapie (forme d’acupuncture pratiquée sur l’oreille), l’hypnose, l’aromathérapie, la thérapie magnétique et la phytothérapie.

Il existe donc de nombreuses techniques et méthodes pour arrêter de fumer. Quelle sera la vôtre ?

N’hésitez pas à vous faire aider !

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire