Syndrome Lié à la Culture

Syndrome Lié à la Culture

Le syndrome lié à la culture est définie par le DSM IV, (dictionnaire des pathologies) comme “la survenue répétée de schémas de comportements compliqués et d’expériences perturbantes spécifiques d’une région et pouvant être liée ou non à une catégorie diagnostiquée.” La difficulté du diagnostic de ce syndrome réside dans l’étroite limite entre le désordre psychique ou psychiatrique et ce qui appartient au domaine de la culture.

Qu’est-ce que le syndrome lié à la culture ?

Aussi appelé “culture-bond syndrome”, le syndrome lié à la culture est apparu en psychiatrie culturelle et en anthropologie de la santé pour classifier différents troubles somatiques et psychiques ayant une signification unique et  caractéristique d’une aire culturelle ou encore d’un groupe ethnique en particulier.

Quelques exemples 

De nombreux cas ont été enregistrés de par le monde. Prenons pour exemple, le complexe d’Ajase (Japon) qui relève d’une modalité culturelle liée au complexe d’Œdipe ou encore l’Amok, correspondant à un comportement souvent décrit en Polynésie, se caractérisant par un accès subit de violence meurtrière prenant fin suite à la mise à mort d’un ou plusieurs individus. Nous pouvons également citer le cas de l’Anorexia Mirabilis ou Holy Anorexia, typique de l’Europe médiévale, consistant à une restriction alimentaire drastique pour motif religieux.

On retrouve aussi en Afrique de l’Ouest et à Haïti, la bouffée délirante plongeant l’individu dans une grande agitation pouvant etre accompagnée d’hallucinations notamment visuelles. Le Brain Fag, quant à lui est  typique d’Afrique de l’Ouest et fait référence aux grandes pressions subies par les étudiants face aux défis d’excellence imposé par le système éducatif en place.
Puis, le Dhat qui est un terme réputé en Inde faisant référence à une anxiété sévère et à des préoccupations hypocondriaques en lien avec à la perte de sperme, à une décoloration blanchâtre des urines ou encore à des sensations de faiblesse et d’épuisement.

Les thérapies efficaces dans le traitement du syndrome lié à la culture

De nombreux scientifiques peuvent venir en aide aux les victimes de ce syndrome, notamment les ethnologues, les psychologues/psychothérapeutes ou encore les médecins. Toutefois, la psychanalyse offre une solution appropriée adoptant une méthodologie d’enquêteur, de prise en charge et de suivi de ses patients.

Peu importe l’ampleur et la gravité du trouble, le psychanalyste peut aider son patient à dénouer sa maladie et à effectuer le suivi approprié afin de se libérer d’une situation vécue comme douloureuse par le patient. La qualité de la prise en charge des patients touchés par le syndrome lié à la culture est d’autant plus importante qu’il est recensé dans de nombreux cas de tentatives de suicide après une crise. 

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire