Le syndrome de la guerre du Golfe : le stress psychologique du combat

Le syndrome de la guerre du Golfe : le stress psychologique du combat

Le syndrome de la guerre du Golfe : le stress psychologique du combat

La maladie liée à la guerre du Golfe touche les anciens combattants. Les conséquences de ce syndrome sont souvent dévastatrices. Cependant, l’origine des symptômes physiques n’est pas liée seulement à la guerre, maisppeuvent être également liés aux émotions enfouies. Les symptômes sont variés, mais les troubles anxieux créent des états fébriles, des migraines, une la perte de la mémoire. Il faut guetter l’arrivée d’un TAG (Trouble Anxieux Généralisé) une forme d’angoisse qui est présent à tout instant. 

Quels sont les symptômes du syndrome de la guerre du Golfe ?

Cette maladie concerne les anciens combattants de la guerre du Golfe. Les scientifiques tentent de rassembler des preuves sur le rôle des substances chimiques dans ces manifestations. Dans tous les cas, la participation à la guerre a été l’élément déclencheur de l’apparition de ce trouble psychique. Les symptômes ne sont pas les mêmes pour tout. Cependant, les symptômes qui les accompagnent sont fortes : maux de tête, insomnie, fatigue chronique, trouble intestinal et bien d’autres encore. Les personnes atteintes de ce trouble ressentent des douleurs d’une intensité forte. Il est donc important pour les proches de les emmener consulter un spécialiste notamment les Psychothérapeutes, psychanalystes etc pour soigner les symptômes de leurs traumatismes .

Pourquoi le syndrome de la guerre du Golfe fait-il des ravages ?

La guerre est une expérience éprouvante qui peut changer une personne. Les anciens combattants ont été accueillis comme des héros, mais ils n’ont pas eu forcément le temps de pleurer les horreurs qu’ils venaient de vivre. Toutes ces émotions n’ont pas pu être évacuées et l’esprit du soldat ne supportant plus ses pensées, ses angoisses, sa peur ou éventuellement un sentiment de culpabilité va somatiser. La gravité des crises dépend de la prise de conscience du malade. Il ne faut pas attendre des symptômes plus graves avant d’aller voir un spécialiste. Si les accompagnements proposés par le gouvernement ne vous parlent pas, le choix d’un thérapeute est judicieux. Il s’agit d’une aide qui consiste à vous accompagner tout au long de votre guérison. En quelques séances, le patient va décrire le mal qui le ronge et au fil du travail effectué avec ce professionnel de santé sera plus apte à gérer les douleurs. La diminution des symptômes est évidente une fois que le psychique est soigné. Souvent les émotions accumulées se transforment en maladie.

Comment traiter la maladie par la psychanalyse ?

Le choix de voir un spécialiste du syndrome de la guerre du Golfe est incontournable pour soigner les symptômes. Un psychanalyste a pour objectif d’aider le patient à sortir ses émotions enfouies. Cependant, des techniques bien particulières à cette maladie sont utilisées pour parvenir à une amélioration durable ou à une guérison. Les solutions vont sembler de plus en plus naturelle au fur et à mesure de l’avancée de la cure analytique. Les symptômes vont devenir tolérables jusqu’à disparaître complètement. Attention, de grands changements vont devoir avoir lieu dans la vie du malade. Il va davantage apprendre à vivre dans le présent et laisser le passé là où il est. La durée de chaque traitement dépend des causes profondes vécues de chaque ancien combattant. Il arrive que la maladie se mêle à d’autres pathologies que pourrait avoir déjà le sujet sans rapport avec la guerre, des causes qui viennent de l’enfance. Souvent les troubles psychiques ont leur origine dans la période de l’enfance et/ou de l’adolescence.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire