Le syndrome de Cassandre

Le syndrome de Cassandre

Le syndrome de Cassandre

Également appelé complexe de Cassandre, le syndrome de Cassandre est né de la mythologie grecque. En effet, Cassandre est la fille du roi de Troie, Priam et d’Hécube. Apollon lui offre le don de prédire l’avenir, en échange de quelques ébats amoureux. Cassandre refuse et repousse les avances d’Apollon. Ce dernier, furieux, lui inflige le sort de ne pas être crue ou prise en compte quand elle avertit son entourage d’un danger ou d’un malheur qui va arriver.

De nos jours, les Cassandre tentent également d’avertir leur entourage d’un malheur proche, parce qu’elles ressentent ou prédisent ce qui peut arriver. Sans parler de prophétie, ni de prophètes, car les Cassandre, de nos jours, ne sont pas des voyantes. Elles ont juste la perspicacité d’anticiper ou d’appréhender l’avenir.

Les conséquences

L’incompréhension et le rejet par les autres

Les personnes atteintes du syndrome de Cassandre se sentent incomprises et rejetées du fait que leurs proches ne les entendent pas. Peut-être même sont-elles prises pour des folles car la société actuelle se base sur ce qu’elle voit, sur des faits réels et non pas sur des faits abstraits, qui s’apparentent selon elle à de la voyance. 

Perte de confiance

Les événements auxquels les Cassandre sont confrontées ne se limitent pas à un seul événement, mais à des séries d’événements. Chaque fois que la Cassandre avertit son entourage, elle n’est pas crue.

Cela entraîne un manque de confiance. Puisque personne ne la croit, personne n’a confiance en sa parole, elle finira par perdre confiance en elle.

La confiance en soi contribue à l’estime de soi. La Cassandre va perdre confiance en elle et culpabiliser.

Puisque les autres n’ont pas confiance en elle et qu’elle-même n’a pas confiance en elle et n’a plus d’estime d’elle-même, la Cassandre va rapidement ne plus faire confiance aux autres.

Repli sur soi

Une relation se base sur la confiance, croire en ce que l’autre dit. Comme cette confiance en elle et en l’autre n’existe plus, la Cassandre se replie sur elle-même, refuse d’aller vers les autres.

La mélancolie

Quand la Cassandre refuse d’aller vers les autres, ou que les autres la rejettent, il y a plusieurs types de pertes : perte de soi, perte des autres.

La Cassandre souffre. Elle ressent une tristesse profonde et du pessimisme. Elle peut tomber dans un état de trouble psychique : la mélancolie.

Comment faire pour guérir ?

Accompagnement

Le mot « syndrome » veut dire que les causes d’un trouble ou d’une maladie ne sont pas identifiées précisément. Par conséquent, le travail doit se faire au niveau de l’inconscience.

C’est le cas ici : la Cassandre qui se trouve dans un état de mélancolie ne sait pas exactement pourquoi elle ressent cette profonde tristesse, ce pessimisme.

Un travail psychanalytique peut aider. La psychanalyse accompagne le patient.

Écoute et gestion des crises

Le psychanalyste ou le psychologue, ayant connaissance du syndrome, va, en toute conscience, écouter et croire la Cassandre. La légitimité et l’attitude du thérapeute vont permettre à la Cassandre de reprendre progressivement confiance en elle, mais également en les autres. 

Lors de ces séances, de la souffrance ou des blessures peuvent surgir. Les sources de l’angoisse ou de la tristesse peuvent être ainsi identifiées et travaillées.

Le travail de deuil peut commencer par la même occasion, puisque la Cassandre sait pourquoi elle souffre et comment y remédier.

Travail sur la mise en confiance 

Quand la Cassandre est entendue et comprise, elle peut travailler sur sa personne. En parlant, elle entend ce qu’elle dit et cela permet de se connaître davantage, de travailler sur elle et à la fin, d’augmenter son estime de soi.

Quand la Cassandre a confiance en elle, elle permet également la confiance aux autres. Et comme l’être humain a besoin de communiquer, la Cassandre reprend confiance en elle et s’épanouit dans sa relation à l’autre.

Nous ne pouvons pas changer le monde, mais nous devons nous adapter. Il en est de même pour Cassandre, ce n’est pas son entourage qui va la croire du jour au lendemain. Néanmoins, elle peut se faire confiance à nouveau et gérer sa relation avec les autres, maîtriser ce qu’elle dit.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire