Comprendre la nomophobie

Home - Non classé - Comprendre la nomophobie

Classée parmi les autres phobies classiques que l’on connaisse tous, la nomophobie est une maladie assez récente qui se caractérise par des angoisses et des crises liées à la privation d’un téléphone portable.

La nomophobie : c’est quoi exactement ?

Le mot nomophobie vient des mots « no mobile phobia ». Comme son nom l’indique, c’est une maladie provoquée par la dépendance d’un téléphone mobile. La personne atteinte de cette maladie a alors peur de se faire priver de son téléphone. Outre cela, une batterie déchargée peut également provoquer en elle une crise de panique. Mais également, si le téléphone ne fonctionne pas normalement ou des fonctionnalités ne répondent pas, la phobie de la personne commence à apparaître. Ainsi, la nomophobie est alors classée parmi les maladies psychologiques. Au fil du temps, cette maladie peut être dangereuse pour l’entourage du malade.

Comment se manifeste la nomophobie ?

L’apogée des technologies est la source primaire de la nomophobie. En effet, c’est la fréquente utilisation des smartphones qui rend une personne nomophobe. Cette dernière veut toujours être connectée et la privation de son téléphone va la perturber. Outre cela, l’ennui est aussi un facteur majeur de cette maladie. Pour passer le temps, le sujet va commencer à utiliser son smartphone à des fins basiques, pour en finir à l’addiction.

Ainsi, une personne nomophobe va toujours avoir en permanence avec elle son chargeur, afin qu’elle puisse être toujours connectée avec le monde virtuel. En plus de cela, elle va fréquemment vérifier si elle a reçu des messages. Par ailleurs, cette maladie engendre un manque d’implication dans la vie quotidienne, de peur de ne pas avoir accès aux informations. Le nomophobe aura toujours ce sentiment de souffrance et de malaise s’il n’a pas avec lui son mobile.

Les principaux symptômes de la nomophobie sont l’angoisse et l’anxiété. L’angoisse engendre des maux abdominaux et des nausées. Il se manifeste aussi par une sensation de boule dans la gorge. Des troubles de la personnalité ne sont pas à écarter. En effet, un nomophobe peut ne plus interagir avec son entourage, mais préfère plutôt rester dans sa bulle virtuelle.

Les plus touchés par cette addiction sont les jeunes, car ils sont les plus intéressés par les nouvelles technologies, les réseaux sociaux et les jeux virtuels.

Comment se traite la nomophobie ?

Le nomophobe peut consulter un psychiatre ou un psychologue pour traiter son addiction. Ainsi, un suivi psychologique est fortement recommandé pour les personnes souffrantes de la nomophobie sévère. Dans le cas contraire, si la maladie est encore légère, il est possible de diminuer l’addiction tout seul. Il suffit juste d’essayer de laisser son téléphone portable quelques heures chaque jour, ou bien, de ne pas l’emmener lors des sorties.

Les séances de thérapie peuvent également traiter la nomophobie. Il existe la thérapie cognitive comportementale, qui vise à changer la manière d’utiliser son téléphone portable. Cette thérapie a alors pour but d’apprendre à mieux se contrôler et à modérer l’usage d’un smartphone.  Il y a également la thérapie interpersonnelle. Ce type de thérapie a pour objectifs d’aider un nomophobe isolé à plus interagir avec le monde extérieur.

Comment lutter contre cette maladie ?

Le simple fait de bien utiliser son smartphone peut déjà être un moyen efficace pour lutter contre la nomophobie. Outre cela, les parents doivent être plus vigilants et stricts par rapport à l’utilisation d’écran par leurs enfants dès le plus jeune âge. Il faut également leur apprendre les limites des nouvelles technologies et de leur utilisation. Une sensibilisation sur cette nouvelle maladie est également efficace. Cela permet de faire connaître aux jeunes son existence, ses causes, ses conséquences et ce qu’il faut faire pour sa prévention.

Share: