You are currently viewing Qu’est-ce qu’une phobie ?

Qu’est-ce qu’une phobie ?

Avoir peur est un sentiment normal, partagé par le commun des mortels. Mais quand cette peur se mue en excès, quand son ampleur et son côté invasif deviennent pathologiques, on parle alors de phobie.

Les phobies par définition

Étymologiquement, le mot phobie vient du grec phobos. Le terme a conservé son sens à travers les siècles ; par définition, la phobie décrit une peur intense et persistante. Caractérisée par une dimension irraisonnée et excessive, la phobie est souvent déclenchée par anticipation, phénomène qu’on appelle « la peur d’avoir peur ». Elle fait ressentir au sujet des peurs paniques et des craintes intenses. La définition psychique de la phobie est ainsi la peur irraisonnée de quelque chose qui ne présente aucun danger imminent. Par cette irrationalité, les phobiques, au sens psychique, en sont conscients mais ne peuvent pas l’éviter. Pour un thérapeute spécialisé en thérapie comportementale et cognitive, la phobie renvoie à l’état comportemental panique que présentent les individus face à un objet ou à une situation. La phobie se traduit donc par un état d’angoisse qui paralyse ses victimes.

Comment savoir que l’on est sujet à une phobie

Les phobies sont caractérisées par plusieurs éléments, qui permettent de les déceler. Elles consistent, pour la personne affectée, à percevoir ou ressentir une peur intense lors de crises d’angoisse et d’anxiété. Ce sentiment et cet état émotionnel se manifestent en présence de l’objet ou de la situation redoutés. Par ailleurs, la phobie peut aussi se manifester par anticipation à la seule pensée de situations qui déclenchent la phobie, ou en imaginant la présence de l’objet de la phobie. Celle-ci se transforme alors rapidement en panique, une fois que l’individu est confronté à ses peurs. Cela se manifeste par l’accélération du rythme cardiaque, des rougissements allant parfois même jusqu’à des étouffements ainsi que des vertiges. Par ces peurs et ces paniques, une tendance à l’irrationalité ou encore à la marginalité est constatée sur le comportement des phobiques, qui montrent alors, parmi leurs symptômes, des pensées négatives.

Les psychanalystes pour leur part ne s’appuient par sur le symptôme, qu’ils considèrent uniquement comme la conséquence d’une angoisse structurelle beaucoup plus profonde. Selon une approche psychanalytique, soigner un symptôme n’améliorera pas la cause des angoisses. C’est pourquoi les thérapeutes spécialisés en TCC s’opposent aux psychanalystes. À vous de choisir….

Les différents types de phobies

Les phobies peuvent être classées selon leurs effets et leurs conséquences, mais aussi en fonction de leur nature. En se basant sur des études scientifiques, les phobies ont été principalement classées en 3 grandes catégories. On retrouve les phobies simples en tête de liste, qui se réfèrent à des objets, des animaux et des situations. Très variées et présentes à l’échelle de toute la population, ce genre de phobie s’estompe de façon progressive lorsqu’elle est traitée. Il y a fondamentalement autant de phobies possibles qu’il peut y avoir de pensées. Voici quelques exemples :

  • Aérodromophobie – Peur de l’avion, des voyages en avion.
  • Aérophobie – Peur de l’air et du vent.
  • Agoraphobie – Peur des espaces publics et, par extension, de la foule ; plus généralement, des espaces où la fuite est rendue difficile (foule, mais aussi lieux déserts).
  • Algophobie – Peur de la douleur.
  • Alopophobie – Peur de se dégarnir ou peur des chauves.
  • Amatophobie – Peur de la poussière.
  • Amaxophobie – Peur de conduire, peur des véhicules ou d’être dans un véhicule, peur des automobiles.
  • Anginophobie – Peur de l’étouffement, notamment par des angines de poitrine.
  • Ascensumophobie – Peur des ascenseurs.
  • Anuptaphobie – Peur du célibat.
  • Apopathodiaphulatophobie – Peur d’être constipé ou de la constipation en elle-même.
  • Angrophobie – Peur de se mettre en colère.
  • Anthropophobie – Peur des gens ou d’être en leur compagnie (forme de phobie sociale).
  • Apéirophobie – Peur de l’infini, classée aussi comme une obsession.
  • Aphrophobie – Peur du désir sexuel.
  • Apiphobie – Peur des abeilles, guêpes et frelons.
  • Apopathophobie – Peur d’aller à la selle.
  • Aquaphobie – Peur de l’eau.
  • Arachibutyrophobie – Peur d’avoir du beurre de cacahuètes collé au palais.
  • Arithmophobie – Peur des chiffres, des nombres.
  • Astraphobie – Peur du tonnerre.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire