Blemmophobie

Blemmophobie

La blemmophobie est la peur panique du regard des autres. Ce n’est pas de la timidité mais une pathologie faisant partie de la phobie sociale. Elle est handicapante pour la personne atteinte notamment dans la vie professionnelle où l’on doit à tout prix montrer que nous sommes meilleurs que les autres et cela au mépris du regard de ces derniers.

Les personnes atteintes de blemmophobie ou blemmophobes ont peur de se ridiculiser devant leur entourage et évitent autant que possible toute situation où ils doivent prendre la parole en public. D’autres situations peuvent leur être problématiques comme les vacances à la plage, les consultations médicales, les entretiens d’embauche et toutes autres situations où ils peuvent être jugés.

Quels sont les symptômes de la blemmophobie ?

La peur du regard des autres peut s’exprimer d’une manière violente lorsque nous sommes blemmophobes. Comme les autres phobies sociales, la blemmophobie est caractérisée par une crise d’angoisse intense avec les signes suivants :

  • Une forte douleur thoracique.
  • Des palpitations
  • Des tremblements
  • Une respiration rapide
  • Un rythme cardiaque irrégulier
  • Une incapacité à articuler devant le public

Lorsque la peur devient irraisonnable, le blemmophobe est contraint de préparer à l’avance tout ce qu’il doit faire ou présenter devant ses proches ou son entourage professionnel afin qu’il ne soit pas jugé. Il doit être prêt à répondre à toute question pouvant lui être posée pour ne pas se sentir ridicule. L’évitement étant l’un des principaux signes d’une phobie, le blemmophobe peut éviter ce genre de situation.

Quelles sont les causes de la blemmophobie ?

Selon la personne, les causes sont très variées mais cette phobie découle surtout d’un manque de confiance en soi. Elle apparaît souvent à l’adolescence lorsque nous sommes face à différents changements de notre corps que nous ne comprenons pas.

Il se peut aussi que la blemmophobie fasse suite à des évènements traumatiques pouvant augmenter la peur. Le simple fait d’avoir été jugé pour sa voix devenue étrange à l’adolescence et subi les moqueries de ses amis, peuvent créer un traumatisme chez un adolescent. Même lorsqu’il commencera à s’habituer à sa voix, il sera toujours réticent à l’idée de parler en public. Pour les plus sensibles, ce sentiment de honte peut se transformer en une peur intense. Parfois, chez certains sujets, cette phobie ne s’explique pas par des souvenirs mais il s’agit d’une construction de l’inconscient

Est-il possible de soigner la blemmophobie ?

Cette phobie étant surtout due à un manque de confiance en soi, il est tout à fait possible de la soigner. Une des méthodes pour soigner la blemmophobie à ce jour est la psychothérapie. Elle aide à analyser en profondeur l’esprit du patient et à reconnaître dans un premier temps les vraies origines du problème pour mieux les traiter par la suite. Lorsque cette première partie est achevée, le thérapeute est en mesure d’établir le chemin parcouru jusqu’à la guérison. Dans les Thérapies Comportementales et Cognitives TCC, le but de la thérapie est de changer les idées négatives du patient en idées positives. Il sera par la suite confronté progressivement aux situations qui déclenchent sa phobie. C’est ce qu’on appelle la désensibilisation systématique qui peut se faire à l’aide d’un casque de réalité virtuelle.

D’autre moyens, comme l’hypnothérapie existent pour soigner la blemmophobie. Le spécialiste mettra en condition le patient et fera en sorte que son subconscient accepte d’être devant plusieurs personnes. Le but est d’abord de s’accepter soi-même avant d’être accepté par les autres. Plusieurs séances seront nécessaires car l’esprit humain a son rythme et n’accepte pas facilement les suggestions d’idées contraire à ses habitudes.

La situation ne s’aggravera pas si le blemmophobe est pris en charge. Ne pas pouvoir parler en public sans craindre d’être jugé peut nous empêcher d’avancer et d’avoir une vie sociale. Pour cela, une thérapie adaptée est nécessaire pour se soigner.

Laisser un commentaire