Phobie de la séparation

Phobie de la séparation

Avez-vous peur que votre compagnon vous quitte un jour ? Êtes-vous angoissé à l’idée d’être séparé de l’un de vos proches ? Ces petites idées qui apportent des ondes négatives dans notre vie nous viennent quelques fois à l’esprit. Mais, cela reste passager ! Après cette petite pensée négative, on oublie tout et on continue de profiter de la vie. Pour certaines personnes, par contre, cette inquiétude est une obsession et une imminence, au point de leur rendre leur vie et celle de leurs proches infernale. Ces catégories de personnes souffrent de phobie de la séparation. C’est quoi au juste ? Comment cela se produit-il ? Que faire pour s’en sortir. Voici des réponses à toutes vos questions relatives à cette peur irraisonnée d’être quittée par quelqu’un à qui on tient beaucoup.

Qu’est-ce que la phobie de la séparation ?

La peur de la séparation atteint aussi bien les enfants que les adultes. Cette phobie s’explique par l’inquiétude de perdre quelqu’un ou quelque chose de cher. La victime se sent en sécurité en compagnie d’une personne, d’un objet ou dans un lieu particulier mais elle pense de manière permanente qu’il lui sera insupportable d’en être séparé. Elle ne se sent rassurer qu’en présence de cette personne ou de cet objet. Chez les enfants, cette phobie est causée par une peur d’être négligé, délaissé ou oublié par ses proches. Elle débute dans la plupart des cas dès la première séparation dans leur chambre ou suite au divorce des parents. Les enfants ressentent un manque d’affection qui les conduit à réagir bizarrement. Chez les adultes, cette peur est parfois liée à la crainte de voir son partenaire s’éloigner ou de voir mourir leurs proches. On peut également l’associer à une dépendance totale vis-à-vis de quelqu’un ou de quelque chose.

Comment se manifeste la phobie de la séparation ?

La phobie de la séparation se manifeste dans la plupart des cas par une peur panique incontrôlée et par une sensation de solitude. Chez les adultes, la personne phobique ne se rend jamais compte de l’amour que son entourage lui apporte. Elle pense toujours au pire. Elle éprouve même une crise de jalousie maladive qui pourra avoir des conséquences graves sur sa vie de couple ou de famille. Des douleurs abdominales, une sensation de boule dans l’estomac, des tremblements, transpiration, des troubles respiratoires, une culpabilité permanente et une humeur dépressive pourront par ailleurs survenir. Chez les enfants, cette peur se traduit par des pleurs, une difficulté à l’endormissement, des cauchemars répétitifs, des maux de ventre, des maux de tête, des vomissements, un changement soudain de comportement, des réactions excessives, un refus de rester seul dans une chambre, l’exigence de la présence d’une personne quand ils restent dans une autre pièce ou bien encore un comportement trop « collant », des demandes incessantes ainsi qu’une exigence d’attention permanente. Des fois, les enfants imaginent des scénarios dramatiques dans leur tête et cela pourra les amener à plonger dans une certaine forme de solitude.

Quelle prise en charge choisir pour vaincre la phobie de la séparation ?

À l’instar des autres types de peur irrationnelle, le traitement de la phobie de la séparation n’a rien de compliqué si la prise en charge débute très tôt. Rien de plus efficace pour venir à bout de cette peur dévastatrice que la thérapie cognitivo-comportementale. Cette technique permettra de vous faire comprendre la source de votre angoisse et de l’ôter de votre esprit. Le thérapeute pourra vous redonner goût à la vie en vous prodiguant divers conseils tels que bien profiter de chaque instant que vous allez passer avec vos proches par exemple. Vous pourrez également recourir à la psychanalyse qui se révèle efficace pour soigner la phobie de la séparation.

Laisser un commentaire