Nosophobie

Nosophobie

La nosophobie provient du terme grec « nosos » qui signifie « maladie » et de « phobos » qui signifie « peur ». Elle exprime donc la peur des maladies de toutes sortes. Certains scientifiques assimilent la nosophobie au syndrome de l’étudiant en médecine. Tout le monde a peur de tomber malade mais pour certaines personnes cette peur est tétanisante à tel point que ça en devient une maladie psychiatrique. Les personnes atteintes de nosophobie sont des gens obsédés par la prévention de maladies. Ils vont jusqu’à faire de grands investissements pour décontaminer régulièrement leur maison. Ces gens-là sont atteints de nosophobie.

Cette maladie a un impact sur la vie des personnes atteintes. En effet, ces personnes deviennent obsédées par le fait de se prémunir de toute sorte de maladie. Ils font donc très attention à leur alimentation, ils évitent les transports en commun, les hôpitaux et tous les lieux publics où ils peuvent attraper une quelconque maladie. Ce qu’ils ont tendance à éviter c’est le risque de contamination. Ils sont capables de s’imposer des régimes alimentaires composés uniquement des produits qu’ils pensent être sains. Rien que le fait de penser à un lieu bonder de personnes potentiellement malades pousse les nosophobes à éprouver différents symptômes :

  • Nausée, sueur froide, tremblement, évanouissement dans le pire des cas
  • Augmentation du rythme cardiaque
  • Evitement

Les nosophobes construisent des barrières pour éviter tous contacts avec l’extérieur et se retirer du monde en pensant que cela les prémunirait des maladies. Ce qu’ils n’arrivent pas à comprendre c’est que plus ils s’isolent du monde extérieur plus ils leur sera difficile de se rendre compte de la gravité de leur situation et plus la prise en charge de la maladie qui les atteints sera compliquée. A l’heure actuelle, personne ne peut se prémunir complètement de toutes les maladies.

Il n’y a actuellement aucune étude qui peut expliquer cette phobie. La cause la plus fréquente serait un traumatisme subit par la personne atteinte. Ce traumatisme peut résulter soit d’un évènement qu’elle aurait subi soit d’un évènement subi par un proche auquel elle aurait assisté et que cela a eu un impact psychologique sur elle. Cependant, il se peut que cela est une origine génétique et que la personne l’ai hérité d’un de ses parents proches ou éloignés.

En ce qui concerne les soins qu’il faut apporter aux personnes atteintes de nosophobie, il n’y a que la consultation auprès d’un médecin spécialisé dans la santé mentale qui est sûr. Dans un premier temps, le médecin établira son diagnostic au travers d’un entretien d’évaluation, afin de déterminer exactement la nature de la maladie et donc le type de phobie de la personne. Lorsque la phobie sera détectée, le médecin essaiera de découvrir l’origine de la phobie car c’est en connaissant la cause qu’il pourra guérir complètement la personne. Ensuite, il choisira la thérapie adaptée à la personne comme la thérapie cognitivo-comportementale. Celle-ci consiste à exposer la personne aux situations phobogènes d’une manière progressive. En effet, le médecin ne peut pas brusquer son patient et chaque niveau d’exposition contribue peu à peu à l’acceptation de l’idée qu’une maladie n’est pas toujours fatale. Le patient finira par comprendre que toutes les personnes qu’il rencontrera ne lui transmettront pas une maladie et qu’il ne sera pas nécessaire d’investir autant pour se prémunir d’une maladie qui n’arrivera peut-être jamais. Lorsque le patient aura accepté ces principes il pourra vivre sereinement et reprendre une vie sociale normale. En effet, la nosophobie est un handicap pour la personne atteinte car elle s’éloigne peu à peu de ses amis, de ses proches puis du lieu de travail qui peut devenir un enfer, car travailler dans un bureau en open office amène à fréquenter une quantité incroyable de personne.

Ce qu’il est important de retenir est qu’il faut détecter la phobie le plus tôt possible et aller voir un médecin. C’est ce dernier qui aidera le malade à transformer ses idées négatives sur les maladies en pensées positives. Il est très difficile de se débarrasser de ce genre de phobie lorsque la personne est devenue maniaque de la propreté donc il faut la soigner avant que cela ne devienne une obsession maladive.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire