La Peur de la Peur – Phobophobie

La Peur de la Peur – Phobophobie

Le président Roosevelt, dans son célèbre discours inaugural, a déclaré que “la seule chose que nous devons craindre est la peur elle-même”. Chez certains individus, cela sonne vrai: ils craignent de devenir anxieux ou sont extrêmement inquiets à l’idée d’avoir peur d’un objet ou d’une situation. Cette peur est appelée phobophobie.

Le mot Phobophobie provient du mot grec Phobos qui signifie peur. La peur de la peur est souvent liée à la nosophobie (peur de tomber malade), à ​​l’agoraphobie (qui est la peur de ne pas pouvoir s’échapper ou la peur des grands espaces) ainsi qu’à la claustrophobie (qui est la peur d’être enfermé). Principalement, les individus phobophobes craignent de se mettre dans l’embarras ou d’avoir des crises d’angoisse qui commencent à être liée à des situations ou des circonstances spécifiques.

Ainsi, la phobophobie est une phobie très auto-limitante et auto-réplicative en cela; le sujet peut déjà avoir une ou plusieurs phobies existantes mais continue à craindre que ses phobies se développent davantage. L’inverse est également vrai: une personne peut ne pas avoir de phobie, mais peut continuer à développer la peur d’en attraper une qui pourrait entraîner une restriction de ses activités quotidiennes.

Les causes de la phobophobie

Comme indiqué ci-dessus, la phobophobie ou la peur de la peur est très courante. Les personnes souffrant de troubles anxieux ont un risque accru de développer une phobophobie. Comme pour les autres phobies, la phobophobie provient parfois d’un trouble panique. La panique est le début d’une peur soudaine.

En règle générale, rien dans son environnement externe ne déclenche une telle phobie; ce ne sont généralement que les processus de pensées internes qui la stimulent. Cependant, un événement sensibilisant peut être considéré comme la cause première de la plupart des phobies. C’est le point à partir duquel l’esprit de la personne devient comme une bombe à retardement attendant ou anticipant d’autres événements produisant des symptômes. Ainsi, la cause de la peur de la peur devient la clé de son traitement.

Les symptômes de la phobie de la peur

Les phobies ne sont jamais conscientes; ils sont plutôt ancrés profondément dans la psyché et continuent de paralyser les victimes pendant des mois ou des années jusqu’à ce qu’un traitement soit recherché. Comme indiqué ci-dessus, l’anxiété et les crises de panique sont les symptômes les plus courants de cette phobie. D’autres symptômes physiques incluent:

  • Bouche sèche
  • Nausée
  • Transpiration, tremblements ou tremblements incontrôlables
  • Tentative de fuite
  • Pleurs, cris
  • Accélération du rythme cardiaque et essoufflement

« Un film « se joue dans l’esprit du phobique: il / elle pourrait avoir des visions et des peurs de mort. Le phobique essaie d’éviter l’anxiété mais finit par devenir si inquiet à ce sujet, que cela devient un cercle vicieux. Son esprit mène une bataille perdue contre l’anxiété. De telles attaques de panique en soi ne sont pas dangereuses, mais la personne a l’impression de faire une crise cardiaque.

Traiter la phobophobie

Lorsqu’elle n’est pas traitée, la phobophobie peut dégénérer rapidement. La personne peut se tourner vers des drogues ou d’autres toxicomanies. 

Les thérapies comme la psychanalyse sont parmi les moyens les plus efficaces de traiter la phobophobie comme la plupart des autres phobies, elles peuvent être surmontées en avec un psychanalyste.

Les TCC (thérapies comportementales et cognitives ) fonctionnent très bien pour ce type de pathologies couplé avec la psychanalyse.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire