Le désir, une Notion Philosophique et Psychique

Le désir, une Notion Philosophique et Psychique

Le désir est un terme générique, désignant un effort de réduction d’une tension venant d’un manque ou d’un sentiment de manque, utilisé au quotidien. Si sa définition est assez succincte, son sens reste toutefois assez large. Pour cerner la notion de désir, il importe d’avoir un angle de vue sur plusieurs domaines et disciplines dont notamment la philosophie et la psychanalyse.

Le désir, définition

De son sens étymologique, le mot désir dériverait du mot désirance. Ce dernier est issu du mot latin desiderare. Ce verbe signifie littéralement « cesser de contempler les astres (ou les étoiles) ». Mais  même au temps anciens, la signification du mot désir connaissait deux acceptions.

La première possède une idée négative qui démontre que celui qui désire se trouve en état de manque. Mais cela apporte aussi une conception positive qui incite à l’action afin de consommer son désir. Dans un sens général, le désir est donc le fait de désirer, de souhaiter une chose, un objet, une situation ou encore une personne. C’est dans cette attente de réalisation que le désir se manifeste plus précisément. En effet, le désir est alors la sensation d’attraction, durant l’attente de consommation, à l’égard des éléments suscités.

Le désir, une conception phare de la philosophie

Le désir fait l’objet d’un sujet bien distinct dans le domaine de la philosophie. La question posée est de savoir la place à attribuer aux désirs. C’est à travers ces pensées philosophiques que le désir à connu diverses distinctions. Certaines tendent à l’accomplissement du désir alors que d’autres énoncent la nécessité de refoulement ou de fuite devant le désir.

Tout au long des siècles qui suivent, et des analyses qui se sont succédées, le désir a connu des classifications diverses dont le désir de nourriture ou encore le désir de la chair. Cela a ouvert le débat philosophique entre plusieurs thèmes dont le désir et la moral, le désir de la vérité ou encore le paradoxe du désir et de sa fin.

Le désir mimétique, un concept de René Girard, suppose que le désir n’est ressentit que sur l’influence d’une tierce personne.

Mais dans tous les cas, le désir provient d’un manque. Tendu vers ce but, qui est de compléter ce manque, le désir peut provoquer de la nostalgie et de la souffrance en cas d’échec.

Le désir et les points du vue des psychanalystes

Il existe d’innombrables psychanalystes qui émettent des théories en ce qui concerne le désir. Les plus célèbres sont les concepts freudiens et lacaniens.

Pour Freud, le désir est en intime liaison avec le rêve. Il rapporte en effet que le rêve expose les faits tels que souhaité, le contenu du rêve est l’accomplissement d’un désir et son motif est un désir après complète interprétation.

Pour Lacan, le désir est la satisfaction, la jouissance, la présence immédiate nommée La Chose. La théorie de Lacan suppose que l’être humain étant parlant ne pourra jamais jouir de ses désirs. Cela amène l’homme à recentrer son désir vers un autre objet. Cela réitère alors l’expression par laquelle l’homme est un perpétuel insatisfait.

Rodolphe Oppenheimer

Rodolphe Oppenheimer, Psychothérapeute Psychanalyste à Paris

Laisser un commentaire