Qu’est-ce qu’une personne bipolaire ?

Home - Non classé - Qu’est-ce qu’une personne bipolaire ?

D’après la Fondation FondaMental, près de 650000 à 1650000 Français souffrent de troubles bipolaires, soit entre 1 et 2,5% de la population. Ce sont surtout les personnes âgées de 15 à 25 ans qui sont touchées par cette pathologie qui dure toute la vie, surtout, si elle n’est pas soignée. Hommes et femmes peuvent être atteints par cette maladie. Heureusement, il est possible de la guérir. Mais, comment se manifestent les troubles bipolaires ? Quels sont les facteurs qui les déclenchent ? Comment guérir cette pathologie ? Trouvez des réponses à toutes vos questions dans cet article.

Comment reconnaître une personne bipolaire ?

On s’affronte tous à des moments de tristesse et de bonheur, d’excitation et de joie. Mais, pour les personnes bipolaires, ces changements dans leur vie sont d’une grande intensité, au point de perturber toute sa vie entière. Encore méconnue, mais de plus en plus répandue, la bipolarité est un trouble d’humeur qui se manifeste différemment, selon le niveau de la maladie. Les personnes bipolaires de type 1 sont gravement atteintes par le trouble. Elles sont considérées comme des maniaco-dépressives parce qu’elles souffrent de phases maniaques aigües délirantes et de phases de dépression profondes. Ces phases de dépression et d’excitation sont alternées par des périodes de stabilité, et ainsi de suite. La bipolarité de type 2, quant à lui, est plus modérée. La victime passe à une phase d’excitation hypomaniaque qui est plus discrète. Le cas est difficile à diagnostiquer puisque la personne se comporte normalement quand la dépression ne se manifeste pas. Il existe, en plus, des troubles bipolaires de type 3 qui sont surtout occasionnés par la prise des antidépresseurs. Ces médicaments peuvent, en effet, aggraver le cas de la bipolarité s’ils ne sont pas accompagnés par d’autres régulateurs d’humeur. Sans oublier les troubles de type 4 qui sont classés parmi les troubles cyclothymiques et le type 5 qui est similaire au profil des personnes hyperactives. Dans ce dernier cas, le patient vit en permanence une phase d’excitation. Ce sont surtout les personnes à haute responsabilité qui souffrent de ce trouble. En général, ces phases de dépression et d’excitation sont associées à une fatigue, à un sentiment de tristesse, à une perte d’intérêt et du plaisir, aux troubles du sommeil et de l’appétit, à la baisse de concentration ou d’aptitude de penser, aux sentiments de culpabilité, voire aux comportements agressifs et aux idées suicidaires.

Quels sont les facteurs occasionnant les troubles bipolaires ?

Les véritables origines des troubles bipolaires ne sont pas jusqu’à présent détectées par les chercheurs. Mais, la plupart des cas de bipolarité leur permettent de déduire que ces maladies peuvent être causées soit par un stress accru, soit sans raison apparente. Il est également possible que ces troubles soient génétiques. Et les personnes deviennent plus vulnérables en cas de consommation de stimulants ou de drogues. Un niveau élevé de stress associé à un manque de sommeil pourra par ailleurs déclencher le trouble. Selon les spécialistes, la bipolarité est liée aux changements de fonctionnement du cerveau. D’autres chercheurs évoquent le traumatisme dans l’enfance qui entraîne une certaine vulnérabilité.

Comment soigner les troubles bipolaires ?

Plus le patient est pris en charge rapidement, plus il a de la chance de s’en sortir facilement. En général, la prescription d’un régulateur d’humeur est indispensable. Mais, pour que le traitement soit efficace, il faut l’accompagner par une thérapie cognitivo-comportementale ou par une psychanalyse qui permet d’identifier la véritable source du trouble bipolaire afin de trouver le traitement adapté. C’est nécessaire surtout si la bipolarité a déjà des conséquences graves sur la vie sociale, personnelle et professionnelle de la victime. L’objectif est d’aider le patient à gérer son stress grâce à des stratégies d’adaptation afin d’éviter les épisodes de manie et de dépression.

Share: